International
URL courte
108
S'abonner

Un groupe de personnes soupçonnées de terrorisme arrêté en juillet dernier par la police fédérale du Brésil envisageait d'utiliser des armes chimiques afin de contaminer les eaux potables à Rio de Janeiro lors des Jeux olympiques.

Selon le portail R7, les suspects planifiaient de contaminer les eaux dans des stations de distribution d'eau. Les membres du groupe baptisé Jundallah (les soldats de Dieu) discutaient de leurs plans par courriel et via l'application de messagerie Telegram. 

La police a réussi à surveiller leur correspondance et a finalement arrêté environ 15 membres de l'organisation avant le début des jeux. 

La source ne dévoile pas la nationalité des suspects. D'ici le 8 septembre, la police fédérale devra présenter son analyse des matériaux de l'enquête, alors que la mise en garde à vue des suspects a été prolongée jusqu'au 12 septembre.

Si les suspects sont reconnus coupables, il s'agirait du premier cas d'application de la loi sur le terrorisme depuis son adoption au Brésil en mars dernier.


Lire aussi:

Les islamistes promettent des attentats au Brésil
La France sera-t-elle en mesure d'assurer la sécurité des JO en 2024?
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
Tags:
djihadisme, enquête, police, terrorisme, courriel, Jundallah, Telegram, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook