International
URL courte
Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (79)
10284
S'abonner

Après avoir construit une clôture à sa frontière sud avec la Serbie pour couper les flux migratoires, la Hongrie déploiera 3.000 policiers supplémentaires pour arrêter ceux qui ont pu la traverser.

Les "chasseurs" seront équipés d'armes à feu à balles réelles, de sprays au poivre, de matraques, de menottes et de tenues de protection.

Le nombre de réfugiés qui cherchent à pénétrer en Hongrie à travers la frontière sud a considérablement diminué: désormais, moins de 200 personnes par jour tentent de la faire.

Avant de se mettre au travail en mai, les "chasseurs" devront suivre une formation de 6 mois. Selon un porte-parole de la police, sont recherchées des personnes âgées de plus de 18 ans en bonne forme physique qui réussiront un test psychologique.

Les policiers toucheront 150.000 forints (483 euros) au cours de deux premiers mois, puis leur salaire s'élèvera à 220.300 forints (710 euros).

Le 2 octobre, la Hongrie doit se prononcer par référendum sur le projet européen de répartition de 160.000 migrants sur la base de quotas par pays de l'UE. Selon ce projet, la Hongrie doit accueillir 1.300 migrants en provenance de Syrie, d'Irak et d'Erythée.

A heure actuelle, l'accès au pays est ouvert à 30 réfugiés par jour qui traversent la frontière par des zones de transit spéciales. Le nombre de ceux qui attendent l'accès à ces zones dans les camps de réfugiés en Serbie a diminué de moitié par rapport au mois précédent: 364 personnes se trouvent à Horgos et 103 migrants sont à Kelebija (villes serbes près de la frontière hongroise).

Dossier:
Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (79)

Lire aussi:

Les prisons allemandes surpeuplées à cause des réfugiés
9.000 enfants réfugiés portés disparus en Allemagne depuis le début de l’année
Sauver les réfugiés de la faim, c’est très simple!
Au moins six morts dans une fusillade en Allemagne
Tags:
camp de migrants, migrants, Serbie, Hongrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik