Ecoutez Radio Sputnik
    Pamela Anderson part en guerre contre l'industrie du X

    Pamela Anderson part en guerre contre l'industrie du X

    © Sputnik. Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    2131451314

    Le sex-symbol des années 90 célèbre pour ses photos et vidéo osées est soudainement devenue très chaste.

    L'actrice et mannequin américaine Pamela Anderson, de concert avec Chmouley Botitch, un rabbin juif, est partie en croisade contre la pornographie dans un article publié par le journal The Wall Street Journal.

    La comédienne, sex-symbol de renommée mondiale dans les années 90, et le rabbin indiquent que le libre accès à la pornographie a des effets néfastes sur la vie des internautes, provoque une "dégradation de leurs âmes" et pourrait les empêcher d’être heureux dans le mariage. 

    Les auteurs se réfèrent aux données de la Société américaine de psychologie (APA). Selon l'APA, entre 50 et 99% des hommes et entre 30 et 86% des femmes qui aiment regarder des films pornos se déclarent mécontent de leur vie intime. 9% des sondés se disent dépendants de ce type de films.

    "Nous devons cultiver chez nous-mêmes et chez nos enfants l'idée que le porno est réservé aux losers", souligne l'actrice. 

    Pamela Anderson n’a cependant pas toujours respecté les principes qu'elle promeut actuellement. Elle a souvent participé à des séances photos osées. L'ex-naïade de la série Alerte à Malibu, âgée de 49 ans, est notamment connue pour ses photos nues en couverture du magazine Playboy.

    Elle a également défrayé la chronique suite à la publication de sa sex-tape avec le musicien Tommy Lee, l'une des premières de ce genre à Hollywood.

     


    Lire aussi:

    Projet Pamela: la matière grise en quête de matière noire
    A l'Assemblée nationale, Pamela Anderson charge contre le foie gras
    Les animaux russes sains et saufs grâce à Super-Pamela!
    Tags:
    Playboy, Société américaine de psychologie (APA), Tommy Lee, Pamela Anderson, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik