Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux de la Turquie et de l'UE

    Ankara accepterait que l'accord sur les visas vers l'UE soit repoussé

    © AP Photo/ Osman Orsal
    International
    URL courte
    7133119

    Ayant surmonté les divergences sur les différents aspects de la question litigieuse avec l'Union européenne, la Turquie se déclare prête à certaines concessions.

    La Turquie accepte que l'exemption de visa de voyage pour les Turcs se rendant dans l'Union européenne, une des clauses de l'accord conclu en mars sur les réfugiés, soit repoussé à la fin de l'année, écrit dimanche le quotidien allemand Welt am Sonntag citant des sources gouvernementales turques.

    Ankara, qui n'a pas apprécié la réaction des Européens à sa riposte à la tentative de putsch du 15 juillet, a menacé de dénoncer l'accord si cette disposition n'était pas rapidement mise en oeuvre.

    Selon le Welt am Sonntag, le gouvernement turc juge désormais acceptable que cette libéralisation n'intervienne pas avant novembre voire décembre, mais "pas plus tard qu'à la fin de l'année".

    Les Européens et les Turcs ont négocié en mars dernier un accord visant à freiner les arrivées de migrants et de réfugiés dans l'Union européenne. Il prévoit le retour en Turquie de toutes les personnes arrivant illégalement sur les îles grecques de la mer Egée, selon le principe du "un pour un" ("pour chaque Syrien renvoyé en Turquie depuis les îles grecques, un autre Syrien sera réinstallé de la Turquie vers l'UE en tenant compte des critères de vulnérabilité des Nations unies", peut-on lire dans le texte).

    En contrepartie, Ankara a obtenu une aide financière supplémentaire de la part de l'Europe, l'accélération du processus d'adhésion de la Turquie à l'UE et la mise en oeuvre anticipée de la libéralisation des visas pour les citoyens turcs.

    L'Union européenne et la Turquie ont amorcé samedi un réchauffement de leurs relations en tenant à Bratislava la première réunion ministérielle depuis la tentative de putsch du 15 juillet.

    Ankara s'est engagée à continuer à mettre en œuvre l'accord conclu avec l'Union européenne (UE) pour contrôler les flux de migrants, a déclaré Federica Mogherini à l'issue d'une réunion entre les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Huit et le ministre turc chargé des Affaires européennes Omer Celik.

    Les ministres européens des Affaires étrangères et leur homologue turc se sont efforcés d'apaiser les tensions nées des critiques européennes envers l'ampleur des purges qui ont suivi le putsch avorté en Turquie. 


    Lire aussi:

    UE: le chancelier d'Autriche tient à suspendre les négociations d'adhésion de la Turquie
    Après le putsch en Turquie, la tension ne cesse de monter entre Ankara et l'UE
    Peine capitale en Turquie? Un arrêt de mort pour l'adhésion à l'UE
    Pour la Turquie, l'UE doit s'attaquer à la source du problème migratoire
    Tags:
    retard, accord, visas, Union européenne (UE), Omer Celik, Federica Mogherini, Europe, Ankara, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik