Ecoutez Radio Sputnik
    Alep, Syrie

    Alep: l'armée place sous son contrôle plusieurs sites stratégiques

    © REUTERS/ Muzaffar Salman
    International
    URL courte
    Situation à Alep (2016) (180)
    407665720

    Les troupes gouvernementales syriennes et les milices populaires progouvernementales ont repris sous leur contrôle l'enceinte des écoles de l'Armée de l'air et de logistique militaire, situées dans le sud de la ville syrienne d'Alep et occupées par des extrémistes armés.

    Un nouvel assaut a été lancé dans la nuit de samedi à dimanche. Les unités d'élite Tigres sont parvenues à couper la principale voie d'approvisionnement des terroristes liant l'agglomération de Khan Touman au quartier de Ramous, avant de poursuivre l'offensive. 

    La garde nationale, les troupes régulières et les milices ont attaqué sur l'autre flanc. Les combats acharnés se sont poursuivis jusqu'au matin. A l'heure actuelle, les sites ont été entièrement libérés, seule une partie de l'école d'artillerie reste occupée par les djihadistes. 

    "Les écoles de l'Armée de l'air et de logistique militaire sont à nous. Il reste à nettoyer l'école d'artillerie. C'est une étape importante et stratégique de la libération de la ville d'Alep tout entière des terroristes", a déclaré un commandant de brigade Liwa al-Quds, cité par l'agence RIA Novosti. 

    Une fois que l'école d'artillerie sera libérée, l'armée resserrera davantage l'étau autour des terroristes dans les banlieues orientales d'Alep et pourra entamer l'assaut contre les positions des terroristes occupant le quartier de Ramous, dans le sud-ouest de la ville. 

    Dossier:
    Situation à Alep (2016) (180)

    Lire aussi:

    Des combats acharnés entre l'armée syrienne et les terroristes à Alep (Vidéo)
    Les Su-24M2 offerts par la Russie arrêtent l'avancée des djihadistes à Alep
    "La Turquie remplace Daech par d'autres terroristes à Alep"
    Tags:
    offense, assaut, libération, armée gouvernementale syrienne, Alep, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik