Ecoutez Radio Sputnik
    Anthony Loyd

    Un journaliste du Times reconnaît son ravisseur parmi des combattants soutenus par la CIA

    © Photo. capture d'écran sur YouTube
    International
    URL courte
    182416350

    Le correspondant de guerre britannique Anthony Loyd a déclaré que le ravisseur qui l'avait enlevé en Syrie en 2014 était désormais dans les rangs de "l'opposition modérée" soutenue par les Etats-Unis.

    Anthony Loyd a remarqué son ravisseur sur une vidéo publiée sur Facebook. Selon lui, le spot montre un groupe d'insurgés soutenus par les Etats-Unis brandissant des kalachnikovs et célébrant la victoire près de la ville syrienne d'al-Rai à la frontière turque.

    Le journaliste n'a pas pu détourner le regard du "visage du nouvel allié des Etats-Unis dans la guerre contre Daech".

    "C'était le visage de l'homme que j'avais vu pour la dernière fois en mai 2014 lorsqu'il s'est penché et a tiré deux fois presque à bout portant dans ma cheville gauche tandis que mes mains étaient attachées", a raconté Anthony Loyd dans un article du journal Times.

    Le ravisseur avait alors sauvagement frappé le correspondant et l'avait accusé d'être un espion de la CIA.

    Le commandement central des Forces armées des Etats-Unis n'a cependant pas répondu à la demande du Times de commenter la façon dont "un ravisseur si notoire et lié aux extrémistes pouvait avoir réussi à passer les procédures de vérification américaines", lit-on dans l'article.

    Anthony Loyd et son collègue photographe Jack Hill ont été capturés en Syrie en 2014 par des rebelles alors qu'ils couvraient le conflit en Syrie. Les deux hommes ont été finalement libérés sur ordre d'un commandant local des rebelles.

    Début 2015, les Etats-Unis ont lancé un programme de 500 millions de dollars dont le but est de former et équiper des combattants syriens désireux de se battre contre Daech.

    Lire aussi:

    Les USA vont dépenser 12 mds USD pour moderniser leurs chasseurs F-15
    Aux USA, un SDF provoque un incendie dans un jet privé
    Poutine: "Seuls les USA peuvent influencer Kiev"
    La fondation de George Soros essaye d'influencer la course présidentielle aux USA
    Tags:
    ravisseurs, CIA, Jack Hill, Anthony Loyd, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik