International
URL courte
Situation en Syrie (automne 2016) (217)
211176
S'abonner

La situation en Syrie s'est aggravée. Le 3 septembre, sans le consentement de Damas, des chars turcs ont pénétré dans la province d'Alep alors que les Etats-Unis ont pour la première fois effectué une frappe d'artillerie massive sur les positions des militants de Daech. Mais qu'y a-t-il derrière les actions d'Ankara et de Washington?

Selon l'expert de la Syrie et du Proche-Orient Anatolie Nesmiyan, Ankara a pour but de prendre le contrôle de la frontière turco-syrienne et d'y créer une zone tampon.

"Erdogan en parle depuis au moins deux ans. Mais les Turcs ne se battent pas eux-mêmes. Ce sont les combattants de l'Armée syrienne libre qui sont devant eux, qu'Ankara soutient et qui sont arrivés de Turquie", a expliqué l'expert.

Selon lui, la reprise du contrôle de la frontière n'est le seul but de la Turquie.

"L'objectif principal est d'empêcher les Kurdes de s'unir et de créer un territoire commun. Pour les Turcs, ce scénario est absolument inacceptable", a indiqué M.Nesmiyan.

En ce qui concerne les actions des Etats-Unis, selon l'analyste politique Grigori Melamedov, Washington tente de rediriger Ankara contre les terroristes et non pas contre les Kurdes.

"Initialement, ils soutenaient la Turquie contre les Kurdes et ont exigé que les Kurdes se déplacent de l'autre côté de l'Euphrate, mais maintenant les Etats-Unis veulent revenir en arrière et montrer que le but principal de leur union avec la Turquie est la lutte contre l'Etat islamique", a-t-il noté.

Selon M.Melamedov, Washington cherche à libérer — éventuellement avec ses alliés — Raqqa, la capitale de facto de Daech.

"Tout le monde veut s'attribuer cette victoire de prestige", a souligné l'expert.

L'analyste Alexandre Asafov estime à son tour, dans un entretien à la chaîne RT, que l'activation des forces de la coalition occidentale en Syrie est un mouvement très attendu, "en particulier dans le contexte du renforcement de la position de Moscou en Syrie, de la participation de la Russie dans la politique de la région". Par ailleurs, il n'attend pas un renforcement sérieux du rôle des Etats-Unis dans la région parce qu'ils semblent déjà avoir "perdu la guerre d'influence".

Dossier:
Situation en Syrie (automne 2016) (217)

Lire aussi:

Des chars turcs pénètrent en Syrie, ouvrant un nouveau front
L'Occident restera fidèle à son idée de renverser le gouvernement syrien
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
motivation, Kurdes, Etat islamique, Turquie, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook