International
URL courte
60355
S'abonner

Mettre le feu aux locaux d'une chaîne télé où se trouvent des journalistes puis relâcher tous les suspects: tout est possible s'il s'agit d'une chaîne de télévision ukrainienne qui refuse d'accuser la Russie de tous les maux.

Le 4 septembre, des inconnus ont incendié le bâtiment de la chaine de télévision ukrainienne Inter, à Kiev. Selon des médias ukrainiens, ils ont initialement mis le feu à des pneus.

Sur les photos postés dans les réseaux sociaux, ont peut lire sur les murs du bâtiment des inscriptions du genre "Agents du Kremlin".

Mais qui a mis le feu aux locaux de la chaîne de télévision Inter, largement critiquée en Ukraine pour sa position soi-disant "pro-russe"?

Le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov déclare pour sa part que ce sont des "anciens militaires" qui ont attaqué la chaîne Inter.

Selon M.Avakov, des gens vêtus en uniforme militaire brandissant des pancartes manifestaient devant l'entrée du bâtiment. Ils protestaient notamment contre la "position pro-russe" de la chaîne de télévision. L'incendie est survenu au terme d'une bagarre entre les manifestants et les agents de sécurité.

Une enquête criminelle a été ouverte. M.Avakov a en outre ajouté que l'ex-rédacteur en chef de la chaîne pourrait être accusé de collaboration avec des chefs de campagnes russes.

Aujourd'hui, cependant, tous les huit suspects ont été relâchés par la police.

Le chef du Département des communications du ministère ukrainien de l'Intérieur Artyom Chevtchenko a déclaré aux journalistes qu'Inter n'aidait en aucune façon les enquêteurs. Toujours selon lui, la police n'a pas pu avoir accès aux enregistrements des caméras de surveillance.

La société Inter Media Group, dont fait partie Inter, a demandé au président ukrainien Piotr Porochenko d'intervenir dans la situation en raison de l'incendie. Le directeur des "Systèmes nationaux d'information" (regroupant Inter Media Group) a auparavant fait état de plusieurs menaces à l'endroit de la chaîne et a accusé le gouvernement d'inaction dans le dossier.

Lire aussi:

Un journaliste du Times reconnaît son ravisseur parmi des combattants soutenus par la CIA
Mort du journaliste russe en Ukraine: la lettre de suicide publiée
Un autre journaliste russe retrouvé mort à Kiev
Kiev payera 8.000 USD pour toute information sur le meurtre du journaliste russe
Tags:
feu, journalisme, incendie, Kiev, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook