International
URL courte
6619
S'abonner

Suite à des cas d'espionnages à l'égard de diplomates britannique qui ont eu lieu dans le passé en Chine, Downing Street a pris des mesures sérieuses au sommet du G20.

Les participants britanniques au sommet du G20 ont été mis en garde contre d'éventuels contacts avec des espionnes chinoises qui pourraient tenter de les séduire et de pénétrer leurs chambres afin de les mettre sur écoute, lit-on dans l'IBT.

L'ordre du jour du sommet, qui a commencé le 4 septembre, comprend tant des rencontres du plus haut rang que des contacts entre des diplomates de niveaux moins élevés, ce qui explique la préoccupation des autorités britanniques pour le problème de l'espionnage.

Il a été annoncé entre autres que des téléphones portables temporaires avaient été remis aux membres de l'équipe de Theresa May et que de nouvelles adresses de courriel avaient été spécialement crées pour cette occasion. On les a également prévenus de n'accepter aucun cadeau et de se méfier de toutes sortes d'appareils électroniques.

Une source dans le gouvernement britannique a affirmé au journal The Telegraph que les chambres réservées aux diplomates britanniques à Hangzhou auraient pu être truffées de microphones et de caméras vidéo cachés.

"On nous a prévenus que si nous nous sentons gênés à l'idée que certaines personnes puissent nous voir nus, nous devrions plutôt nous changer sous une couverture", a déclaré la source.

Le service de renseignement M16 considère la Chine comme un des pays les plus agressifs en matière d'espionnage, tant pour ce qui est des hackers menant des cyberattaques que du point de vue des moyens traditionnels dont les Chinois se servent, à savoir en établissant des relations intimes avec les personnes visées.

Ces suspicions ne sont pas sans fondements. Lors de la visite officielle d'un fonctionnaire du gouvernement de Gordon Brown, en 2008, une "belle espionne chinoise" lui a volé son téléphone portable et des documents secrets après l'avoir séduit.


Lire aussi:

Londres a besoin de Moscou dans le domaine de la sécurité
L'UE et de l'Otan sur écoute du renseignement allemand
WikiLeaks: Ban Ki-moon, Merkel et Netanyahu sur écoute
En Allemagne, la police a mis ses agents sur écoute pendant 15 ans
Comment un diplomate allemand a-t-il pu être mis sur écoute par le BND
Tags:
espionnes, espionnage, renseignement, Sommet du G20 en Chine, M16, Theresa May, Hangzhou, Royaume-Uni, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook