Ecoutez Radio Sputnik
    Visa pour l'Image 2016

    Visa pour l'Image 2016: Daech et migrants de la guerre en photos

    © AFP 2017 Raymond Roig
    International
    URL courte
    0 46004

    Le festival international de photojournalisme Visa pour l'Image a abordé les problèmes globaux de l'actualité.

    Le festival international de photojournalisme Visa pour l'Image vient de s'achever dans la ville de Perpignan où il a lieu chaque année depuis 1989, de fin août à mi-septembre, pour une durée de 15 jours, plus une 3e semaine réservée aux scolaires. Il s'agit du principal et plus important festival de photojournalisme au monde.

    ​Depuis les quelques dernières années, les menaces à l'échelle internationales ont prédominé sur les autres sujets importants de l'actualité. Or, la tonalité de cette dernière édition du festival a été particulièrement sombre: risques accrus face au terrorisme, Daech, journalistes pris pour cibles, calvaires des réfugiés fuyant la guerre, pièges de la propagande de l'Etat islamique, épidémie de zika, troubles au Soudan du Sud, guerre en Afghanistan, femmes et violences sexuelles, pour n'en nommer que quelques-uns.

    ​Le premier prix de ce festival pour l'année 2016, Visa d’or, a été décerné au photographe Aris Messinis, de l’Agence France Presse, pour sa couverture du sujet sur les réfugiés s’échouant sur les côtes européennes dans son pays d’origine, la Grèce.

    En outre, parmi les expositions marquantes, on a distingué l'ouvrage de Yuri Kozyrev sur le Kurdistan irakien et le récit en image du jeune Niels Ackermann sur la jeunesse ukrainienne.

    Lire aussi:

    Journalisme moderne: l'accent est sur l'élément commercial
    Le journalisme officiel n'est-il désormais que du théâtre?
    Forum "Nouvelle époque du journalisme: adieu au mainstream"
    Poutine: vérité et bonne foi doivent rester les piliers du journalisme
    Tags:
    exposition, festival, festival Visa pour l'Image 2016, Etat islamique, Aris Messinis, Perpignan, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik