Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de Daech

    Rhétorique populiste vs propagande de Daech: bonnet blanc…

    © Sputnik. Андрей Стенин
    International
    URL courte
    18749319

    Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, le prince Zeid de Jordanie, a déploré lundi l'essor des discours populistes dans les démocraties occidentales, reprochant aux Donald Trump, Geert Wilders et Marine Le Pen de ce monde leur recours à une dangereuse "stratégie de la peur".

    S'exprimant lors d'une conférence sur la sécurité et la justice organisée aux Pays-Bas, il a dit redouter que "l'atmosphère se sature de haine". "A ce stade, cela peut produire rapidement une violence colossale", a-t-il poursuivi.

    Citant nommément le candidat républicain à la Maison Blanche, la présidente du Front national ou encore Nigel Farage, l'un des chefs de file du Brexit en Grande-Bretagne, il s'en est aussi pris à Geert Wilders, le chef de file du Parti néerlandais de la liberté (PVV), jugeant "grotesque" sa promesse électorale d'interdire les migrants musulmans et le Coran.

    Le PVV de Wilders est d'ailleurs actuellement en tête des intentions de vote en vue des élections législatives de mars prochain.

    "Ne vous méprenez pas, je n'assimile pas les actes de ces démagogues nationalistes à ceux de Daech, mais dans son mode de communication, son usage de semi-vérités et de simplification à l'extrême, la propagande de Daech recourt à des tactiques similaires à celles de ces populistes", a poursuivi Zeid Ra'ad Al Hussein.

    "Des enfants se font humilier et ostraciser du fait de leurs origines ethniques et religieuses. Quel que soit leur passeport, on leur dit qu'ils ne sont pas +vraiment+ français, ou britanniques, ou hongrois. Des communautés entières sont entachées du soupçon de collusion avec des terroristes", a-t-il continué.

    "L'histoire a peut-être appris à M. Wilders et à ses acolytes comment la xénophobie et le sectarisme peuvent se transformer en armes. Des communautés se barricaderont dans la peur et l'hostilité, avec des populistes comme eux et des extrémistes à leur tête."

    Lire aussi:

    Le Drian avertit d'un "risque d'éparpillement" de Daech en Tunisie et Egypte
    N°2 de Daech éliminé: les USA tentent de se justifier en discréditant Moscou
    Le porte-parole de Daech Abou Mohammed al-Adnani aurait été tué à Alep
    Tags:
    populisme, Parti pour la liberté (PVV), Etat islamique, Occident, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik