Ecoutez Radio Sputnik
    F/A-18 C

    Des chasseurs suisses simulent l'attaque d'un avion de parlementaires tchèques

    © Flickr/ PRONational Museum of the U.S. Navy
    International
    URL courte
    81995415

    N'ayant pas le droit de simuler des attaques sur les avions de leur pays, les pilotes suisses ont choisi pour cible un appareil tchèque.

    Un avion transportant des députés du parlement tchèque a fait l'objet d'une attaque simulée de chasseurs suisses, annonce le journal Pravo.

    Selon ce dernier, l'avion de parlementaires tchèques se trouvait dans l'espace aérien suisse lorsque deux chasseurs F/A-18 Hornet suisses se sont rapprochés de l'appareil. Les pilotes menaient un exercice visant à intercepter un avion dont la conduite semblait suspecte et qui ne répondait pas aux appels. Ils ont décidé de simuler une attaque.

    Le journal écrit que cette attaque avait reçu auparavant l'aval des militaires tchèques. Les militaires suisses n'ont pas le droit de simuler des attaques d'avions suisses, la législation du pays interdisant pareilles manoeuvres.

    On ignore si l'incident a provoqué une réaction de Prague.

    L'histoire de l'aviation civile connaît beaucoup d'avions de ligne, cibles d'attaques terrestres ou aériennes. Ainsi, un Tu-154 faisant un vol Tel-Aviv-Novossibirsk a été abattu au-dessus de la mer Noire en octobre 2001. L'incident a fait 78 morts. Selon le Comité intergouvernemental d'aviation (MAK), l'avion a été abattu expressément par un missile sol-air S-200 ukrainien, tiré lors des exercices conjoints de la Marine ukrainienne et la Flotte russe de la mer Noire menés dans la péninsule de la Crimée.

    Lire aussi:

    La Suisse signe un accord pour des services de médiateur entre l’Arabie saoudite et l’Iran
    Les Suisses de plus en plus méfiants envers les musulmans
    Un avion-espion US rebrousse chemin après une rencontre avec un chasseur russe Su-30
    Tags:
    F/A-18 Hornet, attaque simulée, Suisse, République tchèque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik