Ecoutez Radio Sputnik
    Le Mi-8 russe abattu au-dessus d’une région contrôlée par le Front al-Nosra

    Damas libère des prisonniers en échange des corps de soldats russes

    © AFP 2017 Mohamed al-Bakour
    International
    URL courte
    1941681239

    Le gouvernement syrien a commencé à libérer 169 détenus politiques en échange des dépouilles de cinq soldats russes dont l'hélicoptère avait été abattu en août.

    "Mardi, 50 détenus, dont sept femmes, ont été libérés de la prison d'Adra (dans la province de Damas, ndlr) et 84 autres de la prison de Hama", a affirmé à l'AFP l'avocat de plusieurs de ces prisonniers, Me Michel Chammas, joint par téléphone en Allemagne.

    Un hélicoptère Mi-8. Archive photo
    © Sputnik. Dmitry Vinogradov
    En outre, selon l'avocat, "31 autres personnes incarcérées à la prison de Homs ont été informées qu'elles allaient également sortir mais n'ont pas encore été libérées. Quatre autres, détenues dans d'autres lieux, doivent également être relâchées".

    Me Chammas, qui suit les dossiers de ses clients emprisonnés depuis l'étranger, a précisé que ces libérations avaient lieu dans le cadre "d'un échange contre les dépouilles des cinq soldats russes qui se trouvent aux mains des rebelles".

    Un hélicoptère russe Mi-8, ayant livré de l'aide humanitaire à Alep et rentrant dans la base aérienne de Hmeimim, a été abattu le 1er août dans la province d'Idlib en Syrie. Trois membres de l'équipage et deux officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie se trouvaient à bord de l'hélicoptère, tous ont trouvé la mort dans le crash. Le groupe terroriste Jaish al Fatah a revendiqué cette attaque.

    Lire aussi:

    Le Mi-8 russe abattu au-dessus d’une région contrôlée par le Front al-Nosra
    Les autorités syriennes libèrent plus de 670 détenus
    Le Mi-28 russe en Syrie n'a pas été abattu mais a fait un atterrissage d'urgence
    Tags:
    Idlib, hélicoptères, Mi-8, Front al-Nosra, Damas, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik