Ecoutez Radio Sputnik
    Washington

    Syrie: Washington adresse sa "dernière proposition" à Moscou

    © Flickr/ m01229
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)
    180108054170

    Refusant de faire le distinguo entre les milices de l'opposition modérée et les groupes terroristes en Syrie, les Etats-Unis attendent des concessions de la part de la Russie, et ont soumis "leur dernière proposition".

    Washington a adressé à Moscou sa "dernière proposition" sur le règlement du conflit syrien, rapporte le Washington Post, citant des sources dans l'administration Obama.

    Selon le journal, dans leur message, les Etats-Unis ont presque avancé à la Russie un ultimatum.

    Auparavant, la Maison Blanche avait déjà annoncé quelles concessions elle espérait décrocher sur le dossier syrien de la part de la Russie. Concession numéro un: la Russie devrait obliger les forces aériennes syriennes à arrêter le bombardement des zones contrôlées par les forces de soi-disant "opposition", apparemment afin de donner à cette dernière de la liberté de mouvement. L'exigence concerne notamment les zones où les "groupes rebelles plus modérés" agissent à côté du Front Fatah al-Sham (anciennement Front al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda).

    L'administration Obama insiste d'ailleurs sur le retrait des forces syriennes d'une voie d'approvisionnement clé située au nord d'Alep.

    Les Etats-Unis devraient pour leur part coordonner avec Moscou leurs actions contre Al-Qaïda — sans que l'on dispose de plus de détails sur ce point.

    Pourtant, selon le journal, la source de la Maison Blanche n'a pas précisé ce qui arriverait en cas d'absence d'accord sur ces propositions.
    La situation en Syrie est devenue un thème clé des pourparlers entre les parties américaine et russe lors du sommet du G20 en Chine. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré à l'issue d'une rencontre avec son homologue russe Sergueï Lavrov que Washington et Moscou étaient parvenus à se mettre d'accord sur toute une série de questions techniques relatives au règlement de la situation en Syrie et qu'il ne leur restait à résoudre qu'"un ou deux sujets délicats".

    En outre, il était prévu d'organiser à Genève les 8-9 septembre une rencontre Lavrov-Kerry afin de discuter ces "sujets délicats". Néanmoins, le Département d'Etat n'a pas confirmé la tenue de ces négociations.

    "Les responsables américains ont fait clairement comprendre qu'ils ne voyaient aucun sens à une nouvelle session de négociations si la Russie ne change pas sa position", indique le Washington Post, commentant la position du Département d'Etat américain.

    Dossier:
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)

    Lire aussi:

    Le sommet du G20 est la dernière chance pour Obama de négocier avec Poutine
    Aveu: les USA incapables de distinguer les modérés des terroristes
    Moscou: une promesse non tenue des USA a freiné le règlement syrien
    Tags:
    opposition modérée, présidence américaine, John Kerry, Sergueï Lavrov, Barack Obama, Washington, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik