Ecoutez Radio Sputnik
    Mahmoud Abbas

    Pourquoi Israël accuse le président Abbas d’être un ancien du KGB

    © REUTERS/ Carlo Allegri
    International
    URL courte
    La Main du Kremlin
    423837629

    Alors que la Russie se pose en médiateur dans le conflit israélo-palestinien, deux chercheurs israéliens disent avoir trouvé le nom du président palestinien dans une liste d’agents des services secrets russes datant des années 80.

    C'est sous le nom de code Krotov, « la taupe », que Mahmoud Abbas, président de l'autorité palestinienne, aurait figuré sur la liste des contacts privilégiés du KGB au Moyen Orient. Cette liste, consultée par deux chercheurs de l'Institut Truman de l'université hébraïque de Jérusalem, provient de la défection du colonel Mitrokhine, un archiviste russe, passé à l'Ouest en 1992.

    En raison du soutien actif apporté par Moscou à l'ensemble des mouvements d'émancipation des peuples des années 50 à 80, la présence de militants palestiniens sur des listes du KGB n'est pas une surprise. De là à dire que Mahmoud Abbas était un agent actif du KGB, il y a un pas que la chaîne de télévision israélienne Channel One franchit allègrement.

    Le porte-parole de la présidence palestinienne, M. Abou Roudeina qualifie cette nouvelle accusation de l'état hébreux d' « absurdité ». Pour lui: "Il est clair qu'Israël s'inquiète de la relation stratégique (des Palestiniens) avec la Russie et de la position clairement annoncée par la Russie, à savoir sa volonté de résoudre le conflit israélo-palestinien sur la base d'un Etat palestinien indépendant et le droit pour notre peuple à l'autodétermination. »

    Lire aussi:

    Le Royaume-Uni bientôt poursuivi en justice pour la création d’Israël?
    Israël: le ministre de la Défense dénonce le chaos et annonce sa démission
    Ayrault au Proche-Orient pour tenter de relancer le processus de paix
    Règlement du conflit arabo-israélien: l'expérience russe est cruciale, selon Abbas
    Tags:
    La Faute Aux Russes, La Main du Kremlin, KGB, Mahmoud Abbas, Palestine, Israël, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik