International
URL courte
34482
S'abonner

Après les attentats du 11 septembre 2001, Washington a perdu le regard bienveillant à son égard gagné à la fin de la guerre froide menant des guerres sans fin dans la région.

Les États-Unis ont gaspillé la sympathie et le soutien de nombreux pays dans le monde après avoir utilisé les attentats du 11 septembre 2001 comme un prétexte pour lancer une ère de guerres d’agression au Proche-Orient, a déclaré vendredi John Kiriakou, ancien analyste de l’Agence centrale de renseignement des Etats-Unis (CIA).

"Les États-Unis ont perdu la sympathie du monde, quand, à la suite des attaques du 11 septembre, nous sommes passés de la lutte contre le terrorisme à des guerres infinies et à une promotion mal avisée de la +démocratie+ dans la région", a estimé M. Kiriakou, qui a travaillé comme analyste de la CIA, y compris en Syrie.

Le président américain Barack Obama a continué la politique de son prédécesseur George W. Bush, qui occupait le poste présidentiel au moment des attaques, en engageant les Etats-Unis dans des guerres infructueuses dans plusieurs pays simultanément.

"Maintenant, 15 ans plus tard, nous sommes embourbés dans des combats en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Yémen, en Somalie et ailleurs", a déclaré M. Kiriakou à Sputnik.

Selon l’analyste, une telle politique agressive a sapé sa présence à long-terme au Proche-Orient, car à cause de ces conflits la plupart des pays dans la région détestent maintenant les Etats-Unis.

Au lieu de traiter les conditions sous-jacentes qui ont donné aux groupes terroristes la possibilité de recruter des partisans et renforcer leur force, la stratégie américaine a dégénéré en meurtre irresponsable de personnes jugées comme des menaces, affirme M. Kiriakou.

"Notre politique antiterroriste s’est dégradée pour tuer des gens qui pourraient un jour présenter une menace", a expliqué l’expert américain.

John Kiriakou a gagné une reconnaissance internationale car il est la seule personne du gouvernement américain envoyée en prison pour avoir exposé le programme de torture, contre les suspects accusés de terrorisme, élaboré par l'administration de George W. Bush. Après avoir révélé des informations classifiées à la chaîne de télévision ABC News en 2007, M. Kiriakou a été condamné à 30 mois de prison.


Lire aussi:

Aux USA, les victimes du 11 septembre autorisées à attaquer Riyad en justice
Syrie : la mauvaise fois des USA sans limites
Selon les Européens, les USA n'ont pas rendu le monde plus sûr après le 11 septembre
Pour 90% des Turcs, les USA ne sont plus un allié
Tags:
guerre, échec, réputation, image, attentats du 11 septembre 2001, CIA, John Kiriakou, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook