Ecoutez Radio Sputnik
    Protestation des fermiers en Pologne. Photo d'archivesProtestation des fermiers en Pologne. Photo d'archives

    Les fermiers polonais ont-ils définitivement perdu le marché russe?

    © Sputnik . Fillip Klimashevsky © Sputnik . Philip Klimashevsky
    1 / 2
    International
    URL courte
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)
    24441

    Plus d'un milliers d'agriculteurs polonais ont participé lundi à une action de protestation à Varsovie. L'une de leurs revendications était la modification de la nature des sanctions décrétées à l'égard de la Russie.

    Depuis la mise en place de l'embargo alimentaire russe – mesure de rétorsion aux sanctions sectorielles occidentales — les agriculteurs polonais souffrent d'une surproduction de fruits et de légumes. Et si au cours des deux années précédentes les autorités étaient parvenues à trouver une solution – près de 300.000 tonnes de produits polonais ont été remises aux banques alimentaires — cette année le gouvernement n'a pas réussi à obtenir de quotas de Bruxelles.

    "Il est temps de mettre fin à ces actions absurdes. Le gouvernement polonais doit entamer un dialogue direct (avec la Russie, ndlr), par exemple notre ministre de l'Agriculture avec son homologue russe. Un autre choix serait d'adopter le comportement d'autres  partenaires européens qui forcent leurs gouvernements à accepter les mesures destinées à renoncer aux sanctions", a déclaré dans un entretien à Sputnik Witold Piekarniak, vice-président de l'Association des producteurs de fruits polonais.

    Selon lui, son association a mené pendant trois ans une campagne particulièrement avantageuse en Russie. Or, les sanctions ont changé la donne. "Nous enregistrons des pertes et je pense que le business russe ainsi que la société russe qui apprécient nos produits y perdent aussi", estime-t-il.

    Pour M. Piekarniak, la politique ne doit en aucun cas prévaloir sur l'économie.

    "Hier, nous avons dit à notre ministre: + Monsieur le ministre, si l'objectif était de porter atteinte à l'économie russe, pourquoi leur achetons-nous du gaz et du pétrole? Si nous en achetons en raison des accords existants, faisons de même dans le domaine de l'agriculture+. Nous sommes par ailleurs irrités par le fait que des céréales ukrainiennes sont exportées vers l'UE. En même temps, les Ukrainiens n'achètent ni notre viande, ni nos légumes", a-t-il indiqué.

    L'objectif de l'action qui s'est tenue lundi? Rétablir les relations avec les partenaires orientaux et dans ce but l'Association des producteurs de fruits polonais envisage de faire front uni avec les producteurs de porc, de bœuf et de céréales.

    "Nous craignons que si des mesures concrètes de normalisation des relations ne sont pas entreprises immédiatement, d'autres (producteurs) entreront sur le marché russe. Nous le savons. Le marché n'aime pas le vide! Et ce scénario n'est pas favorable car notre production ne cesse de croître! Ce n'est pas à nous de juger de la politique, mais les relations économiques doivent se normaliser!", a-t-il conclu.

    La Russie a riposté, en frappant d'embargo en août 2014 plusieurs denrées alimentaires, notamment les produits laitiers, la viande, et les fruits et légumes en provenance de l'UE, du Canada, d'Australie et de Norvège.

    La levée des sanctions anti-russes est prioritaire. L'ancien ministre français de l’Économie Emmanuel Macron l'a confirmé! Comme la Russie était le premier pays de destination des exportations européennes pour les produits agricoles, l'embargo russe sur les denrées alimentaires décrété par Moscou en réponse aux sanctions occidentales handicape fortement les producteurs et pose des problèmes pour écouler les produits agricoles. Moscou a fait savoir à plusieurs reprises qu'il ne renoncerait à son embargo qu'après la levée des sanctions de l'Union européenne.

    En juin dernier, le président russe Vladimir Poutine a signé un décret prorogeant l'embargo jusqu'à la fin de l'année 2017.

    Dossier:
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)

    Lire aussi:

    L'embargo alimentaire, une mesure qui a muselé l'inflation en Russie
    Embargo alimentaire russe: le décret de prolongation entre en vigueur
    Poutine prolonge l'embargo alimentaire russe jusque fin 2017
    Les fruits et légumes africains bientôt sous embargo russe?
    Embargo russe: la viande et les légumes quittent la liste
    Tags:
    sanctions antirusses, fermiers, agriculteur, embargo, agriculture, Union européenne (UE), Europe, Pologne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik