Ecoutez Radio Sputnik
    Un enfant en Syrie

    Le Pentagone évoque de possibles victimes civiles lors de ses frappes en Syrie

    © Flickr
    International
    URL courte
    La lutte contre Daech (229)
    33032
    S'abonner

    Malgré que les responsables militaires de la coalition répètent souvent que leur campagne de bombardements est la plus précise de l'histoire, de nouvelles victimes parmi la population civile auraient été possibles lors des dernières frappes en Syrie.

    Trois frappes aériennes ayant visé Daech au cours des six derniers jours en Syrie ont possiblement fait des victimes civiles, a annoncé mardi le commandement des forces américaines au Proche-Orient (CENTCOM) dans un communiqué.

    Le 7 septembre, lors d'un bombardement près de Deir ez-Zor mené sur une cible djihadiste, "ce qui semble être un véhicule non militaire est entré dans la zone ciblée après que le projectile ait été tirée par un appareil en vol", a indiqué CENTCOM.

    Un incident qui semble s'être reproduit le 12 septembre, cette fois près de la ville d'Al-Chaddadeh dans la province d'Hassaké, a-t-il ajouté, cité par l'AFР, sans autre précision.

    Le 10 septembre, une frappe contre l'EI dans les environs de Raqqa, fief du groupe djihadiste en Syrie, "peut avoir occasionné la mort de civils près de l'endroit" où elle a été menée.

    Au total, la coalition n'a reconnu officiellement, pour l'instant, que quelques dizaines de victimes civiles de ses frappes en Irak et en Syrie, mais des ONG estiment que le bilan est en réalité bien supérieur.

    Ainsi, l'ONG Airwars, basée à Londres, estime que les quelque 14.000 bombardements de la coalition pendant la période d'août 2014 à septembre 2016 ont tué au moins 1.513 civils.

    Dossier:
    La lutte contre Daech (229)

    Lire aussi:

    La coalition reconnaît de nouvelles victimes civiles en Irak et en Syrie
    Drones US: Washington sous-estime-t-il le nombre de civils tués?
    Syrie: la France accusée d'avoir mené un raid aérien tuant 164 civils
    Tags:
    morts, civils, frappe aérienne, CENTCOM (United States Central Command), Etat islamique, Pentagone, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik