International
URL courte
1146525
S'abonner

Tandis que Donald Trump promet de relancer les relations russo-américaines en cas de victoire aux élections présidentielles, Barack Obama l'accuse de "sympathies trop évidentes vis-à-vis de Vladimir Poutine".

Un "crime" qu'on ne pardonne pas: Barack Obama condamne violemment l'attitude favorable qu'a adoptée Donald Trump — et par une extension plutôt douteuse le Parti républicain dans son ensemble — à l'égard de la Russie.

"Je vous invite à réfléchir à ce qui se passe au Parti républicain. Ils (les Républicains, ndlr) sont censés être contre la Russie et l'autoritarisme et en faveur de la liberté et de la démocratie", a fustigé le président américain.

Barack Obama n'a pas hésité à critiquer le candidat républicain en personne, lui reprochant des sympathies trop évidentes vis-à-vis du président russe:

"Qui est allé à la télévision nationale russe la semaine dernière (allusion à une interview accordée à la chaîne russe RT, ndlr) et a critiqué notre armée tout en exprimant ses sympathies à l'adresse de Vladimir Poutine? Il (Donald Trump, ndlr) adore ce mec."

M. Obama a également accusé Vladimir Poutine, sans toutefois présenter de preuves tangibles, d'"envahir des petits pays, de jeter en prison ses adversaires politiques, de censurer la presse et d'entraîner l'économie du pays dans une récession prolongée".

Concernant les allégations de Donald Trump l'accusant à son tour de faiblesse politique, le président américain a répondu par un exemple plus qu'évocateur: "Il (Donald Trump, ndlr) affirme bénéficier de 92 % des votes. Cependant, Saddam Hussein, lui aussi, en avait 90 %."

Rappelons qu'en septembre dernier, Donald Trump s'était engagé, en cas de victoire, à coopérer davantage avec Moscou, ce qui selon lui permettrait à long terme de mettre fin aux différends politiques entre les deux pays.

Lire aussi:

Allo, M. Trump? Le jour où la vie de ce retraité a basculé
Clinton préférerait dîner avec Poutine plutôt qu'avec Trump
Trump rattrape son retard sur Clinton
Vol «d’enfer» entre le Maroc et la Belgique: les passagers hurlent et prient en pleine tempête – vidéo
Tags:
critiques, Donald Trump, Vladimir Poutine, Barack Obama, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook