International
URL courte
43368
S'abonner

Toujours membre de l’UE, le Royaume-Uni continue de dicter sa volonté aux dirigeants européens, notamment en matière de défense commune.

La Grande-Bretagne s'opposera à la création d'une armée unique de l'UE tant qu'elle en fera partie, l'Otan étant suffisante pour assurer la protection du continent aux yeux de Londres, a déclaré le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon.

« Cela n'arrivera pas. Nous avons à plusieurs reprises exprimé notre vive préoccupation à ce sujet. Cela ne sert à rien de doubler la structure qui existe déjà au sein de l'Otan », a souligné le ministre dans une interview accordée au journal The Times.

Notons que la déclaration de M. Fallon intervient alors que la France et l'Allemagne, dont les dirigeants se sont rencontrés le 16 septembre dans le cadre d'un sommet informel de l'UE à Bratislava, présentent un nouveau projet visant à mettre sur pied une « force militaire commune » qui soit en mesure d' « égaler la capacité militaire de l'Otan ».

Ce projet devrait être promulgué en décembre prochain et définitivement ratifié d'ici juin 2017. Détail important : le Royaume-Uni, qui quittera l'UE suite au référendum sur le Brexit, n'a pas pris part au sommet en question.

Dans un contexte d'instabilité mondiale, une réflexion sur la défense européenne est en cours pour faire avancer une idée longtemps ralentie par les Britanniques.

Dans un texte commun publié cette semaine, les ministres de la Défense français et allemand, Jean-Yves Le Drain et Ursula von der Leyen prônent un renforcement des capacités « pour protéger efficacement les citoyens et les frontières ». La création d'un quartier général à Bruxelles, que les Britanniques ont toujours refusée pour ne pas affaiblir l'Otan, est envisagée.

Lire aussi:

La nouvelle moustache du leader pro-Brexit enflamme les internautes
Après le Brexit, Londres n'est plus la ville la plus chère du monde
Le Français Michel Barnier nommé négociateur de l'UE pour le Brexit
Tags:
défense, armée, Brexit, OTAN, Michael Fallon, Royaume-Uni, France, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook