Ecoutez Radio Sputnik
    Le président Vladimir Poutine

    Poutine regrette l’omniprésence de la «carte russe» dans le jeu électoral US

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    Présidentielle 2016 aux Etats-Unis (404)
    11412

    Ces derniers temps, la Russie et son président hantent trop souvent le discours électoral des candidats américains. La manœuvre est pourtant «contreproductive», estime le président russe.

    La Russie et le président russe sont l'un des sujets majeurs dont les candidats à la Maison Blanche se servent pour manipuler l'opinion publique aux États-Unis, affirme Vladimir Poutine.

    La déclaration du président russe fait suite à la récente irruption de Barack Obama dans la campagne présidentielle américaine. Suite au malaise d'Hillary Clinton, le président s'est lancé au secours du Parti démocrate et a condamné violemment l'attitude favorable qu'aurait adoptée Donald Trump — et par une extension hâtive le Parti républicain dans son ensemble — à l'égard de la Russie.

    « Nous observons une tentative de créer l'image d'un soi-disant "empire du mal" et d'effrayer les gens à l'aide de celle-ci », constate le chef d'État russe.

    Déplorant la « vulgarité » de cette démarche et la qualifiant de « contreproductive », Vladimir Poutine a noté que la rhétorique de ce type ne contribuait en rien à résoudre les problèmes.

    « Dans ce cas précis, il s'agit de problèmes auxquels sont confrontés les États-Unis, et il y en a beaucoup », a-t-il ajouté.

    Dossier:
    Présidentielle 2016 aux Etats-Unis (404)

    Lire aussi:

    Rhétorique électorale d'Obama: "une russophobie à tous crins", selon le Kremlin
    Clinton jette un malaise dans la campagne électorale US
    Quand les condoms deviennent une arme électorale
    L'Iran convoque l'ambassadeur britannique après l'incident dans le golfe d'Oman
    Tags:
    campagne électorale, russophobie, élection présidentielle, Présidentielle américaine 2016, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik