Ecoutez Radio Sputnik
    la ville d'Alep

    La Russie dévoile une partie de l’accord russo-américain sur la Syrie

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Frappe de la coalition anti-Daech contre l'armée syrienne (24)
    921533
    S'abonner

    Vitali Tchourkine, représentant permanent russe à l'Onu, a donné lecture aux journalistes des extraits de l'accord sur la Syrie, élaboré par Washington et Moscou. La Russie insiste sur la publication des documents mais les Etats-Unis s'y opposent fermement.

    Moscou veut publier le texte de l'accord sur le règlement de la situation en Syrie, afin d'éviter les spéculations et des interprétations erronées. Les autorités américaines, pour une raison inconnue, rejettent la proposition.

    Vitali Tchourkine, représentant permanent russe à l'Onu, n'a pas compris la raison d'un tel comportement du côté américain et a décidé de révélé des extraits des documents les plus importants en les lisant à haute voix.

    « Pour des raisons que nous ne pouvons pas vraiment comprendre, les États-Unis ne veulent pas partager avec vous et même avec les membres du Conseil de sécurité le texte de ces documents, mais je vais donner lecture des extraits de ces deux documents pour clarifier la situation », a déclaré M. Tchourkine aux journalistes après une réunion d'urgence du Conseil de sécurité tenue suite aux bombardements des forces syriennes gouvernementales par la coalition internationale à Deir ez-Zor.

    « La Russie et les États-Unis s'efforcent de stabiliser la situation en Syrie, ce qui comprend des mesures spéciales dans la région de la ville d'Alep. La délimitation des territoires contrôlés par l'État islamique, par le Front al-Nosra et par les forces armées d'opposition modérée est une priorité absolue, ainsi que la séparation des groupes d'opposition modérée du Front al-Nosra », a lu le diplomate russe citant également des dispositions du document qui a été convenu en juillet.

    « Le but du groupe de travail conjoint sur la mise en œuvre des accords est de lancer une large coordination entre les États-Unis et la Fédération de Russie. Les participants — les États-Unis et la Russie — travailleront ensemble dans le groupe conjoint pour défaire le Front al-Nosra et Daech dans le cadre du renforcement du cessez-le-feu et du soutien du processus de transition politique, inscrit dans la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies 2254 », a lu M. Tchourkine.

    Le 16 septembre, une réunion du Conseil de sécurité sur la Syrie devait avoir lieu mais la Russie a décidé de l'annuler en raison du refus des États-Unis de fournir des détails des accords. Pour la même raison, Vitali Tchourkine doute que le Conseil de sécurité adopte la résolution soutenant des accords russo-américains sur le conflit en Syrie.

    Le 17 septembre, le ministère russe de la Défense a annoncé que l'aviation de la coalition internationale dirigée par les États-Unis avait effectué quatre frappes sur les positions des militaires syriens encerclés par les terroristes du groupe Daech près de la ville de Deir ez-Zor.

    Ces raids ont fait 62 morts et environ 100 blessés parmi les militaires. Les États-Unis ont confirmé avoir effectué les raids. Selon des porte-parole du Pentagone, les militaires étaient convaincus de bombarder des positions de Daech et ont cessé l'opération immédiatement après avoir découvert l'erreur.

    Rappelons que l'attaque en question est survenue une semaine après l'accord Lavrov-Kerry sur la Syrie. Dans le cadre de l'application de ce dernier, une trêve a été instaurée sur l'ensemble du territoire syrien mardi à 19h00 heure locale.

    Dossier:
    Frappe de la coalition anti-Daech contre l'armée syrienne (24)

    Lire aussi:

    Un avion espion US s’approche de l’aérodrome russe en Syrie
    Comme Moscou, Paris souhaite que l'accord sur la Syrie soit rendu public
    Plus de 5 000 terroristes arrivent dans la région de Hama en Syrie
    Moscou propose à Washington de dévoiler l’entente sur la Syrie
    Tags:
    crise syrienne, accord, Vitali Tchourkine, Washington, Alep, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik