Ecoutez Radio Sputnik
    11 septembre: les tours-jumelles détruites par une explosion contrôlée?

    11 septembre: les tours-jumelles détruites par une explosion contrôlée?

    © AP Photo / Dan Loh
    International
    URL courte
    Attaques du 11 septembre 2001 aux USA (35)
    60969

    La théorie des explosions contrôlées plutôt que la destruction des tours-jumelles en raison des hautes températures et des avions qui les ont percutées est-elle si irréaliste ? Quoi qu'il en soit, le débat sur ce sujet doit se poursuivre, estiment les scientifiques Victor Verlasco et Jo Hermans dans un entretien à Sputnik.

    Pour l’anniversaire de l’attentat le plus meurtrier de l'histoire, les représentants du journal EuroPhysicsNews Victor Verlasco et Jo Hermans ont publié une étude suggérant qu’il fallait traiter au sérieux la théorie selon laquelle les tours-jumelles du World Trade Center à New York auraient été détruites le 11 septembre 2001 par une explosion contrôlée et non à cause des avions les ayant percutées.

    La théorie des explosions doit être développée et discutée, estiment les professeurs Verlasco et Hermans, surtout du fait que le squelette d’acier des tours a été détruit de cette manière.

    « A écouter certains physiciens, dans trois cas, on ne sait pas pourquoi le squelette d’acier des tours s’est effondré en raison de l'impact thermique, comme cela est arrivé. Certaines équipes de scientifiques, dont ceux de l’Université de Purdue (université publique de recherche située aux États-Unis), ont mené des expériences substantielles simulant l’effondrement des tours ainsi que des tests de résistance des poutres d’acier les exposant à un feu à kérosène. Les simulations ont abouti à des résultats différents », affirment les scientifiques à Sputnik.

    Quant à la version officielle du gouvernement américain, il n’y a aucune raison de la remettre en cause, bien qu'elle présente des failles. « Nous ne pouvons pas parler au nom des physiciens, mais nous ne voyons pas de raison de remettre en question la version officielle des États-Unis malgré qu’elle ait, selon toute apparence, des lacunes.

    Nous espérons de notre côté que la discussion qui suivra l’article publié (portant sur l’étude en question, ndlr) permettra une fois pour toutes de faire la lumière sur ce problème de façon scientifique », ont-ils confié.

    Les professeurs Verlasco et Hermans sont d’avis que la théorie des explosions contrôlées est controversée :

    « Telle est notre opinion par rapport à cette théorie : il est peu probable que les tours se soient effondrées suite à des explosions contrôlées. Mais vu que cette version suscite des polémiques parmi les personnes compétentes en la matière, nous sommes persuadés que la meilleure moyen – qui est vraiment scientifiquement correct – de résoudre ces disputes est de rendre publiques les positions. Après cela, il sera possible d’échanger des arguments et ainsi la vérité sera découverte. »  

    Certes, l’article intitulé « De la physique des tours d’habitations » a été commenté et critiqué, mais comment ont réagi les médias américains ?

    « On ne sait rien sur les commentaires de la part des médias américains. Mais le plus important, c’est que les scientifiques indépendants pourront lire les arguments des auteurs et avancer les leurs, démentant ces derniers », résument les professeurs, qui espèrent que cela attisera une controverse et mènera ainsi à la vérité.

    Dossier:
    Attaques du 11 septembre 2001 aux USA (35)

    Lire aussi:

    Poutine, le meilleur allié lors des événements tragiques du 11 septembre
    Selon les Européens, les USA n'ont pas rendu le monde plus sûr après le 11 septembre
    Attentats du 11 septembre: le FBI a "oublié" d’interroger un suspect clé
    La partie classifiée du rapport sur les attaques du 11 septembre 2001 publiée aux USA
    "L'Iran n'est pas coupable du 11 septembre ce qui devrait être prouvé"
    Tags:
    théories, tour, attentat, explosion, attentats du 11 septembre 2001, New York, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik