Ecoutez Radio Sputnik
    Des migrants à Berlin

    Plus de 500 000 demandeurs d’asile déboutés se trouvent toujours en Allemagne

    © REUTERS/ Axel Schmidt
    International
    URL courte
    Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (78)
    1214

    Selon un nouveau rapport, près d’un demi-million de demandeurs d’asile déboutés – principalement des Turcs, des Kosovars et des Serbes - résident toujours en Allemagne. Les migrants ont recours à divers méthodes afin de rester dans le pays même en cas de rejet de leur demande…

    L'Allemagne comptait en juin 549 209 migrants qui résident dans le pays malgré le rejet de leur demandes d'asile, a annoncé jeudi le gouvernement allemand cité par le journal Bild.

    Trois quarts de ces demandeurs d'asile déboutés vivent en Allemagne depuis plus de six ans, d'après un rapport parlementaire rédigé par le groupe Die Linke.

    La plupart de ces migrants sont originaires de Turquie (77 600), du Kosovo (68 549) et de Serbie (50 817). Le gouvernement allemand a proclamé la Serbie et le Kosovo pays sûrs respectivement en 2014 et 2015.

    Parmi ces personnes, la moitié sont titulaires d'un permis de séjour permanent et un tiers d'un permis de séjour temporaire. Il y a également 168 212 « immigrés tolérés » dont 100 000 ont vu rejeter leurs demandes d'asile et 37 020 ne peuvent pas partir faute de documents nécessaires.

    Un demandeur d'asile débouté peut toujours rester dans le pays en attendant l'examen de son appel ou en bénéficiant d'une décision spéciale du gouvernement. Les autorités du pays d'accueil peuvent notamment décider que le demandeur d'asile débouté ne peut pas être expulsé s'il risque d'être exécuté, torturé ou soumis à des traitements dégradants dans son pays d'origine.

    Une personne qui n'a pas obtenu le statut de réfugié peut également bénéficier d'une interdiction d'expulsion, s'il « est exposé à un danger réel dans son pays » y compris en cas de maladie que les services médicaux de son pays ne peuvent pas traiter, d'après l'Office fédéral allemand pour la migration et les réfugiés (BAMF).

    Même s'il n'existe aucune raison de garder un migrant en Allemagne, il est parfois assez difficile de l'expulser. En février dernier, Thomas de Maizière, ministre allemand de l'Intérieur, a appelé le Maroc, l'Algérie et la Tunisie à accélérer la procédure de reprise de leurs citoyens dont les demandes d'asile avaient été rejetées en Allemagne. Ces pays refusaient d'accueillir leurs citoyens ou faisaient traîner en longueur la procédure de rapatriement en l'expliquant par l'absence de papiers d'identité requis. Des médias ont également annoncé en février que les autorités allemandes étaient obligées de couvrir les frais de transport pour les réfugiés et même de leur donner de l'argent en liquide.

    Ces pratiques obligent les parlementaires à œuvrer pour la modification des mécanismes d'expulsion pour les demandeurs d'asile déboutés.

    « Celui qui permet aux migrants dont la demande d'asile a été rejetée de se jouer de l'État sape la confiance des gens dans les capacités du gouvernement. Il faut modifier d'urgence les lois », a déclaré Hans-Peter Friedrich, membre de l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU), cité par Bild.

    Dossier:
    Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (78)

    Lire aussi:

    Un ex-prisonnier de Guantanamo aide les migrants en Allemagne
    L’Allemagne renonce à sa politique d'hospitalité envers les migrants
    En 2016, l'Allemagne accueillera trois fois moins de migrants qu'en 2015
    Tags:
    demandeurs d'asile, crise migratoire, migrants, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik