Ecoutez Radio Sputnik
    Alep

    Ce que l’on sait désormais de l’accord russo-américain sur la Syrie

    © REUTERS/ Rodi Said
    International
    URL courte
    Trêve en Syrie (2016) (220)
    286166543

    Après qu’une partie de l’accord secret russo-américain sur la Syrie a fuité dans la presse, Sputnik offre à ses lecteurs une revue des principales clauses du document.

    Conclus le 9 septembre après des mois de négociations entre les chefs de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et son homologue américain John Kerry, les accords sur le règlement pacifique en Syrie sont jusqu'à hier restés dans l'ombre, et ce à l'initiative des Américains. Cependant, hier, Associated Press a dévoilé une partie du mystère en publiant un document faisant parti de l'accord. De quoi parle-t-il ? Sputnik vous en dit plus.

    Le point-clé

    Visant à encadrer les efforts conjoints que la Russie et les États-Unis s'engagent à déployer pour stabiliser la situation en Syrie, l'accord rappelle l'importance d'une distinction entre l'opposition et les terroristes. « La délimitation des territoires contrôlés par l'EI, le Front al-Nosra et les forces de l'opposition modérée armée restent la priorité, ainsi que la séparation des forces de l'opposition du Front al-Nosra», lit-on dans le document.

    La route de Castello

    L'accord évoque également la mise en place de « mesures spéciales » pour la route de Castello menant à Alep, et permettant de livrer l'aide humanitaire dans la ville. Il s'agit notamment de créer dans cette région une zone démilitarisée.

    « Tous les Syriens qui le souhaiteront auront la possibilité de quitter Alep en empruntant la route de Castello », stipule de document. Ceci concerne également les groupes de l'opposition modérée qui pourront librement quitter la ville et évacuer les armes ainsi que le matériel militaire.

    Les frappes aériennes

    Comme le précise l'accord, « l'aviation syrienne ne doit pas opérer dans les régions où la Russie et les États-Unis frappent les terroristes. »

    Le retrait des troupes

    L'armée gouvernementale syrienne ainsi que l'opposition modérée doivent simultanément faire reculer leurs troupes. Selon le document, aucune des parties n'a le droit d'occuper les positions que la partie adverse a quitté. Une zone démilitarisée sera ultérieurement instaurée sur ces territoires.

    Les engagements des forces gouvernementales et de l'opposition

    Les troupes de Bachar el-Assad pourront organiser deux postes d'observation au nord de la route de Castello, mais pas à moins de 500 mètres de celle-ci. L'effectif militaire des postes ne devra pas dépasser 15 personnes. Les soldats seront autorisés à avoir des armes portatives pour assurer leur autodéfense et des appareils de surveillance.

    L'opposition, quant à elle, « devra empêcher le Font al-Nosra de pénétrer dans la zone démilitarisée conjointe des territoires tenus par elle ».

    La Russie et les États-Unis

    Pour leur part, Moscou et Washington lanceront la création d'un Centre conjoint de mise en œuvre (JIC, U.S.-Russia Joint Implementation Center).

    Dossier:
    Trêve en Syrie (2016) (220)

    Lire aussi:

    Convoi humanitaire bombardé en Syrie: les USA refusent de divulguer leurs informations
    Culot as usual: les USA frappent la Syrie et attendent plus d’initiatives de la Russie
    En Syrie, le régime de cessez-le-feu violé à 45 reprises en un seul jour
    Tags:
    accord, John Kerry, Sergueï Lavrov, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik