Ecoutez Radio Sputnik
    Défenseur des femmes victimes de violence conjugale, il aurait battu à mort son épouse

    Défenseur des femmes victimes de violence conjugale, il aurait battu à mort son épouse

    © Photo. Capture d'écran: Youtube
    International
    URL courte
    229

    Matteo Cagnoni, un docteur italien qui a toujours milité pour la défense des femmes victimes de violence conjugale, a été arrêté par la police pour le meurtre de son épouse.

    Docteur et activiste réputé, Matteo Cagnoni, 51 ans, a été arrêté et est soupçonné d'avoir frappé à mort sa femme Giulia Ballestri, 39 ans, après que le corps de celle-ci a été trouvé dans leur maison à Ravenne, dans la province italienne d'Emilie-Romagne.

    Le drame semble être survenu alors que Mme Ballestri avait demandé le divorce. Selon la rumeur, la jeune femme avait une liaison.

    Matteo Cagnoni aurait frappé sa femme, mère de ses trois enfants, avec un morceau de bois. Le corps étant presque nu et la tête présentant de multiples blessures, ces preuves ont amené les investigateurs à la conclusion que M. Cagnoni l'avait violée avant de lui asséner des coups mortels.

    L'ex-défenseur national des femmes a été arrêté dans la maison de ses parents à Florence. On le suspectait de vouloir quitter le pays. Lors de l'interrogatoire, il a nié avoir tué et violé son épouse.

    Pour sa part, l'avocat du suspect a demandé une enquête plus détaillée, prétendant que son client se trouvait avec ses parents et que sa femme n'avait pas voulu le suivre dans la maison en question.

    Tuer sa femme constitue un phénomène fréquent en Italie, et l'affaire a pris une envergure nationale sans précédent.

    En 2015, 128 femmes et jeunes filles ont été tuées en Italie par leurs partenaires après avoir émis le désir de s'en séparer, selon les données de l'agence Ansa, et plus de 58 en 2016.

    Lire aussi:

    Au Qatar, une Néerlandaise condamnée à un an de prison pour avoir été violée
    La Cour suprême italienne reconnaît un mariage contracté par Skype
    Sex on the beach: deux politiciens islamistes âgés pris en flagrant délit d'adultère
    Tags:
    violence domestique, divorce, meurtre, adultère, Emilie-Romagne, Ravenne, Florence, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik