International
URL courte
Attaque du convoi humanitaire de l’Onu près d’Alep (19)
80920
S'abonner

Afin de faire la lumière sur la frappe aérienne contre le convoi onusien près d’Alep et comprendre qui est réellement responsable de l’attaque sanglante, il est nécessaire de lancer une enquête impartiale et d’étudier avant tout les preuves, affirme le chef de la diplomatie russe.

« Il faut présenter les projectiles avec lesquels a été bombardé le convoi» de l'Onu près d'Alep, a déclaré samedi Sergueï Lavrov dans une interview à la presse russe.

Ce geste à la fois « simple » et « élémentaire » constitue le premier pas nécessaire pour faire la lumière sur ce qui s'est réellement passé le 19 septembre quand 18 camions chargés d'aide humanitaire ont été endommagés par des bombardements à l'ouest d'Alep.

Comme l'a souligné M. Lavrov, les informations concernant le bombardement divergent : d'abord, on estimait que le convoi avait été frappé par l'artillerie, avant que l'on ne commence à évoquer des hélicoptères.

« Les projectiles permettront de tout comprendre », a affirmé le ministre russe.

Commentant les tentatives d'accuser Moscou et Damas de l'attaque, Sergueï Lavrov a fait remarquer qu'après sa proposition d'étudier les munitions, il « n'a plus entendu personne soutenir les accusations qui se multiplient ces derniers temps dans la presse ».

Dossier:
Attaque du convoi humanitaire de l’Onu près d’Alep (19)

Lire aussi:

Convoi humanitaire bombardé en Syrie: les USA refusent de divulguer leurs informations
Un drone de la coalition dirigée par les USA détecté au-dessus du convoi bombardé à Alep
La Palestine qualifie de «trahison» l'accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi
Tags:
convois humanitaires, bombardements, Sergueï Lavrov, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook