Ecoutez Radio Sputnik
    La Belgique appelle à «faire la lumière» sur l’incident de Deir ez-Zor

    La Belgique appelle à «faire la lumière» sur l’incident de Deir ez-Zor

    © Flickr/ Matt Hecht
    International
    URL courte
    29513
    S'abonner

    Qualifiées par les États-Unis de « bavure », les frappes contre l’armée syrienne de la coalition, dont la Belgique fait partie, ont duré pendant une heure et tué 83 personnes. Y avait-il des avions belges? Bruxelles veut tirer l’affaire au clair.

    « Il faut faire toute la lumière sur le sujet », a déclaré le premier ministre belge Charles Michel dans une interview au journal belge le Soir, interrogé par les journalistes désireux de savoir si les F-16 belges pouvaient être impliqués dans le bombardement des forces syriennes près de la ville syrienne de Deir ez-Zor.

    « J'assume comme premier ministre, avec le soutien du Parlement, le fait que nos F-16 qui étaient déjà présents en Irak ont vu leur mandat élargi à la Syrie: on doit combattre les terroristes là où ils se trouvent », a-t-il poursuivi.

    Samedi dernier, une semaine après la conclusion de l'accord Lavrov-Kerry sur la Syrie, plusieurs chasseurs de la coalition internationale anti-Daech ont frappé des positions de l'armée gouvernementale près de Deir ez-Zor, faisant plus de 80 victimes. La partie américaine a vite qualifié ce raid de « bavure », précisant qu'elle ignorait que ses frappes visaient les troupes gouvernementales.

    Lire aussi:

    Bombardement de Deir ez-Zor, bilan de la bourde: 83 morts
    Bombardement de Deir ez-Zor: Assad dénonce des frappes US délibérées et interminables
    Tags:
    avions, bombardements, F-16 Fighting Falcon, Deir ez-Zor, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik