International
URL courte
Trêve en Syrie (2016) (220)
60961
S'abonner

Un sénateur américain concède que les États-Unis ont délibérément tué des soldats syriens. Qui plus est, ils ont selon lui laissé Daech occuper Palmyre et exporter du pétrole.

La Russie a porté aux terroristes de l'Etat islamique un préjudice beaucoup plus important que la coalition américaine, a déclaré dans une interview à la chaîne RT le sénateur américain (Virginie) Richard Black.

L'homme a ainsi commenté l'échec du cessez-le-feu en Syrie, mis en œuvre dans la foulée d'un accord russo-américain sur le règlement du conflit dans ce pays.

« Une fois l'accord entré en vigueur, le États-Unis ont commencé un bombardement intense de l'armée syrienne dans la province de Deir ez-Zor. Nous savions où frapper. Nous avons tué 62 soldats syriens, des gens braves et innocents. Et, d'une façon ou d'une autre, nous nous en sommes lavé les mains », a regretté le sénateur.

Quant à l'idée américaine d'imposer une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Syrie, M. Black a reconnu que celle-ci ne concernerait que les avions russes et syriens.

Les forces russes ont porté beaucoup plus de dommages à Daech que la coalition américaine, a-t-il souligné. « Il est évident que la coalition américaine a délibérément permis à l'EI d'occuper la ville de Palmyre; il est évident que la coalition a délibérément permis à 2 000 camions-citernes de transporter du pétrole à la frontière turque. Et c'est la Russie qui a arrêté le commerce du pétrole. Aussi la Russie est-elle la seule force vraiment efficace en Syrie. La coalition américaine est inconstante. »

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni convoquent dimanche une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies pour débattre de l'escalade militaire en cours à Alep. L'armée syrienne avait annoncé jeudi le déclenchement d'une nouvelle offensive sur cette ville. L'Onu a indiqué samedi avoir appris de différentes sources que depuis le début de l'offensive, l'aviation avait fait usage d'armes incendiaires, de munitions de pointe comme des bombes anti-bunkers.

L'armée syrienne assure ne pas bombarder les cibles civiles.

Dossier:
Trêve en Syrie (2016) (220)

Lire aussi:

Drame des Syriens: Damas dénonce «les larmes de crocodile» de certains pays
L'armée syrienne lance une opération d'envergure à Alep
La Belgique appelle à «faire la lumière» sur l’incident de Deir ez-Zor
Damas accuse Ankara et Washington d’agression et de complot avec Daech
Tags:
Richard Black, Russie, États-Unis, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook