International
URL courte
791184
S'abonner

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que selon toute évidence, les militaires américains n’obéissaient pas à leur chef suprême des armées, le président Barack Obama.

« On m’a toujours assuré que le chef suprême des armées américaines Barack Obama soutenait la coopération avec la Russie. Il l’a confirmé lui-même lors de son entrevue avec le président Poutine en Chine. Il semblerait que les militaires n’obéissent pas tout à fait à leur chef suprême », a dit le ministre en direct sur la chaîne de télévision russe NTV.

Il a ajouté qu’au lendemain des frappes contre le convoi humanitaire en Syrie du 19 septembre, la Russie avait demandé d’ouvrir une enquête.

« Mon bon partenaire John Kerry a déclaré (ce qui ne lui ressemble pas) qu’on peut mener une enquête, mais nous savons de toutes façons qui l’a fait : l’armée syrienne ou la Russie. Quoi qu’il en soit, la Russie est coupable », a fait savoir M. Lavrov.

« Il doit en avoir assez de cette critique violente de la part de la machine militaire des Etats-Unis », estime Sergueï Lavrov.

Il a cependant ajouté qu’il était trop tôt pour faire une croix sur les accords entre Moscou et Washington concernant la Syrie, auxquels la partie russe est attachée.

« Je ne crois pas non plus qu’ils (les Etats-Unis) y songent », a dit M.Lavrov sur NTV. « Du moins, nous (la Russie) sommes attachés aux accords intervenus ces derniers mois et dans lesquels le point final a été mis après que les dernières questions de principe aient été réglées lors de la rencontre entre les présidents Poutine et Obama du 6 septembre », a conclu le ministre.

Lire aussi:

Lavrov aux USA: distinguez l’opposition des terroristes en Syrie!
Ce que l’on sait désormais de l’accord russo-américain sur la Syrie
Convoi humanitaire bombardé en Syrie: les USA refusent de divulguer leurs informations
Tags:
convois humanitaires, accords, Sommet du G20 en Chine, Sergueï Lavrov, Vladimir Poutine, Barack Obama, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook