Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolás Maduro, président du Venezuela

    Maduro souhaite une amélioration des liens avec Washington

    © REUTERS / Miraflores Palace/Handout
    International
    URL courte
    13317

    Le chef d’État vénézuélien, qui n’a jamais mâché ses mots en parlant des États-Unis et de ses dirigeants, a changé de position se disant prêt à prendre des démarches en vue d’un rapprochement.

    Le président vénézuélien Nicolas Maduro a appelé de ses voeux mardi une amélioration des liens avec les États-Unis, au lendemain d'une rencontre avec le secrétaire d'État John Kerry, annonce Reuters.

    Le chef de l'État socialiste s'est entretenu avec le chef de la diplomatie américaine lundi à Carthagène, en Colombie, en marge de la cérémonie de signature de l'accord de paix entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) et le gouvernement de Bogota.

    « Je demande à Dieu de bénir les résultats de cette rencontre et que le Venezuela ouvre une nouvelle ère de relations avec les États-Unis », a déclaré Nicolas Maduro lors de son émission hebdomadaire à la télévision publique, ajoutant que l'entretien avait duré 40 minutes.

    Le Venezuela et les États-Unis ont des relations houleuses depuis la présidence d'Hugo Chavez (1999-2013), auquel son fidèle allié Nicolas Maduro a succédé après sa mort. Les deux pays n'ont plus d'ambassadeur depuis une série d'expulsions réciproques il y a plusieurs années.

    Lors de son émission, Nicolas Maduro a précisé que le diplomate américain Tom Shannon, qui maintient un lien entre Caracas et Washington, se rendrait prochainement dans la capitale vénézuélienne, et que John Kerry y était également invité.

    Selon le département d'État, John Kerry a exhorté mardi le président Maduro à oeuvrer de manière constructive avec les dirigeants de l'opposition pour répondre aux défis auxquels le Venezuela est confronté.

    En juillet dernier, le candidat républicain à la présidence américaine Donald Trump, par ailleurs qualifié de « bandit et de voleur » par Nicolas Maduro, a affirmé que les États-Unis « finiraient comme le Venezuela » si sa rivale démocrate Hillary Clinton devait accéder à la Maison Blanche.

    Lire aussi:

    Nicolas Maduro veut prendre d'assaut Facebook
    Deux proches présumés de Maduro soupçonnés de trafic de drogue
    Cours du pétrole: les pays exportateurs «proches d’un accord»
    Tags:
    FARC, amélioration, normalisation, John Kerry, Nicolas Maduro, Colombie, États-Unis, Venezuela
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik