Ecoutez Radio Sputnik
    Josh Earnest

    Les USA reconnaissent «promouvoir leurs intérêts» par les sanctions antirusses

    © AP Photo/ Susan Walsh
    International
    URL courte
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (337)
    292919262

    Un porte-parole de l’administration américaine a laissé échapper une confession. Les nouvelles sanctions que les États-Unis veulent introduire contre la Russie, en lien avec la Syrie, n’ont rien à voir avec la situation dans ce pays…

    Nuclear weapons test at Enewetak in 1952
    © Flickr/ International Campaign to Abolish Nuclear Weapons
    La Maison Blanche n’exclut pas de recourir à des sanctions économiques à l’encontre de la Russie, en lien avec la situation en Syrie, a déclaré le porte-parole de l’administration américaine Josh Earnest interrogé lors d’un point de presse sur la situation dans la province syrienne d’Alep et sur le soutien par Moscou des forces gouvernementales syriennes. Dans ce contexte, les États-Unis vont jusqu’à accuser la Russie d’avoir déclenché la guerre civile en Syrie.

    « Nous n’excluons pas d’imposer de nouvelles sanctions financières supplémentaires », a fait savoir Josh Earnest, ajoutant ouvertement que les sanctions financières s’étaient révélé être « un bon moyen de promouvoir nos intérêts dans le monde »… Non pas les intérêts de la Syrie et des Syriens, mais ceux de Washington.

    Dans l’éventualité où une telle décision serait prise, Washington entend introduire des mesures restrictives de concert avec ses partenaires.

    « Nous sommes parvenus à la conclusion que la stratégie des sanctions financières en étroite coopération avec nos partenaires est plus efficace afin d’assurer un meilleur effet de ces sanctions», a indiqué Josh Earnest.

    Il a également souligné que les États-Unis tenaient la Russie responsable du raid aérien contre le convoi humanitaire bombardé récemment suite à l’introduction en Syrie du cessez-le-feu.

    Bref, la Maison Blanche est cohérente dans la « promotion de ses intérêts »… Pourquoi en effet s’expliquer pour la frappe contre les forces gouvernementales syriennes à Deir ez-Zor qui a fait 62 morts et 100 blessés ? Il est mille fois plus facile d’inventer un responsable pour un énième incident tragique. D’autant plus que cela permet de ne pas chercher très loin, la Russie ayant toujours tort pour les États-Unis. Accuser permet ainsi de détourner l’attention du véritable coupable, une leçon que la Maison Blanche, accusée elle-même par beaucoup d’être à l’origine de la guerre civile en Syrie, a bien apprise.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (337)

    Lire aussi:

    Le raid US, une "agression" qui atteste le soutien de Daech par les Etats-Unis
    Les Etats-Unis commencent à lever leurs sanctions contre Rosoboronexport
    Moscou pointe la responsabilité des Etats-Unis dans l'émergence de Daech
    Tags:
    sanctions, sanctions antirusses, convois humanitaires, crise syrienne, présidence américaine, Josh Earnest, Deir ez-Zor, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik