International
URL courte
15014
S'abonner

De son vivant, l'ancien président et premier ministre israélien a été un célèbre artisan de la paix. D’ailleurs, même après sa mort, il a fait preuve de grande humanité.

L'ancien président et premier ministre israélien Shimon Peres a ainsi fait don de ses cornées pour des transplantations d'organes, a déclaré son gendre Rafi Walden, qui était également son médecin personnel, annonce Reuters. 

Shimon Peres, infatigable promoteur de la paix avec les Palestiniens, est mort mercredi à l'âge de 93 ans, deux semaines après avoir été victime d'une attaque cérébrale.

L'ancien prix Nobel de la paix 1994 est décédé au milieu de la nuit au centre médical Sheba près de Tel Aviv, où il avait été hospitalisé à la suite d'un AVC et placé dans un coma artificiel le 13 septembre.

L'annonce officielle du décès a été prononcée vers 07h00 (04h00 GMT) au centre, également connu sous le nom d'hôpital Tel Hashomer, par le fils de Shimon Peres, Chemi, et par Rafi Walden.

« Sa vie a pris fin brusquement alors qu'il travaillait encore à sa grande passion, le renforcement de son pays et la recherche de la paix. Son héritage restera parmi nous », a déclaré Rafi Walden.

Shimon Peres avait été l'un des artisans des accords de paix intérimaires d'Oslo conclus avec les Palestiniens en 1993.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Shimon Peres placé dans le coma après un AVC
Cet homme potentiellement «dangereux» recherché par la police pour avoir enlevé ses enfants - photo
«Je n’en ai pas les compétences»: quand Dupond-Moretti assurait ne jamais vouloir devenir ministre de la Justice - vidéo
Tags:
œil, cornées, don d'organes, Palestiniens, décès, Rafi Walden, Shimon Peres, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook