Ecoutez Radio Sputnik
    Quoi, la Russie veut démembrer les USA?!

    Quoi, la Russie veut démembrer les USA?!

    © REUTERS / Rick Wilking
    International
    URL courte
    Par
    85862
    S'abonner

    Cet automne, Moscou tient pour la deuxième fois une conférence internationale pour les groupes aspirant à l'indépendance, dont des miliciens ukrainiens, des minorités azerbaïdjanaises, des indépendantistes de Catalogne et des États-Unis. Oh non, cette Main Du Kremlin s'emploierait-elle désormais à diviser l'empire américain?

    « Conférence de séparatistes! », se sont écriés des médias occidentaux au sujet de la réunion organisée par le Kremlin afin de donner la parole aux minorités de tous les coins du monde. C'est l'hôtel Ritz à Moscou qui a accueilli cet événement réunissant des soi-disant « rebelles » ukrainiens, des indépendantistes catalans, des groupes de minorités d'Azerbaïdjan, des républicains irlandais et même le « Roi des Hawaii » auto-proclamé qui a participé à la rencontre en vidéo-conférence.

    Nationalistes du Texas et indépendantistes de Californie

    Dans le groupe d'activistes aspirant à l'autodétermination, il y avait aussi deux activistes américains prônant la sécession des États du Texas et de Californie de l'État fédéral américain, Nate Smith, directeur exécutif du mouvement nationaliste du Texas, et Louis Marinelli, représentant de la campagne « Oui à l'indépendance de la Californie ».

    Or, au lieu de rechercher des lacunes dans son système étatique, il est toujours plus facile d'accuser Moscou, qu'on rend responsable de tous les maux. Et ce alors que la conférence ne se tient que pour la deuxième fois et que le mouvement de M. Smith, par exemple, a été fondé il y a dix ans. Son directeur lutte énergiquement pour un référendum pour l'indépendance du Texas. Mais bien entendu, si la Russie est impliquée, un scandale est inévitable!

    Le groupe de Nate Smith aspire depuis longtemps à ce que le Texas quitte les États-Unis, mais a attiré l'attention publique tout récemment quand le mouvement a proposé de débattre d'un éventuel référendum, et bien sûr depuis sa participation à la conférence moscovite.

    M. Smith, lui, a remercié Moscou de lui avoir donné l'occasion de promouvoir sa campagne et a déclaré que sa présence à la réunion ne signifiait pas qu'il s'allie avec la Russie malgré toutes les spéculations des médias ou autres.

    Ces greniers de Poutine d'où provient le financement de la conférence

    Mais revenons un peu à l'événement qui a fait tant de buzz. La conférence est financée par le Kremlin et organisée par le mouvement russe d'anti-globalisation. Le financement provient presque entièrement d'un fonds de charité fondé par Vladimir Poutine. Effet boule de neige assuré.

    Tandis que la chaîne ABC News cite des documents publics où l'on trouve la somme de 3,5 millions de roubles, soit environ 550 000 dollars (445 635 euros) engloutie par le mouvement d'anti-globalisation et provenant du fonds de M. Poutine, on néglige le fait que la somme a été octroyée sous forme de subvention dans le cadre d'une compétition acharnée à laquelle ont participé — comme le montrent ces mêmes documents publics — 68 organisations qui ont reçu chacune sa propre part du gâteau.

    La guerre imaginée des gardiens de la paix mondiale

    Poupées russes
    © Sputnik . Alexander Kriaschev

    Puis, les médias occidentaux frissonnent: les organisateurs de la conférence la décrivent comme une plateforme pour les groupes marginaux… mais les médias lisent beaucoup plus entre les lignes! Ils se dépêchent de dénoncer: l'ordre du jour de la réunion est conforme aux efforts de la Russie de se promouvoir en tant que gardienne de la paix mondiale « Quoi, ce n'est pas moi le gardien la de paix mondial? » devrait s'écrier M. Obama pour maintenir cette farce médiatique, lui qui a déployé ses troupes dans tous les endroits possibles, en gardien de la paix…

    Mais bon, si l'on chérit trop l'idée de la « menace russe », ne peut-elle pas un jour se transformer en une forme profonde de paranoïa?

    Participer à la conférence, à quoi bon?

    « Notre but principal est d'établir un monde multipolaire », a déclaré l'instigateur de la conférence Alexander Ionov. « Et notre président, Vladimir Vladimirovich Poutine, est probablement l'un des anti-globalistes les plus dévoués. »

    Les participants ont bien apprécié l'occasion de partager ou de faire connaître leur position là où leurs voix sont finalement entendues.

    « Nous sommes ici pour établir un dialogue », a confié le fondateur du mouvement nationaliste du Texas M. Smith, ajoutant qu'il ne partage pourtant pas tout ce que disent les autres participants. « Nous sommes venus ici pour des raisons précises, pour faire une déclaration au nom du peuple du Texas. »

    Le représentant de la campagne pour l'indépendance de la Californie M. Marinelli lui fait écho:

    « Nous souhaitons attirer l'attention sur notre campagne. Nous ne sommes ici pour conclure aucune alliance avec la Russie ou quoique ce soit de la sorte. »

    Les deux indépendantistes américains prônent l'auto-détermination, idée qui est issue de l'insatisfaction de la politique américaine.

    « Le gouvernement US fonctionne si mal qu'il ne peut plus être réparé », a souligné M. Morinelli. « Si nous étions une nation indépendante avec nos propres affaires, nous pourrions améliorer la qualité de la vie des Californiens. »

    Curieusement, ni les deux Américains ni les autres participants ne se posent la question des raisons cachées de la Russie.

    « Je ne suis pas ici pour faire des suppositions concernant les raisons potentielles de la conférence », a martelé M. Smith, ravi de pouvoir tout simplement s'exprimer et être entendu.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    "Peu importe ce qui se passe, la faute revient à Poutine"
    Occident vs Russie: pourquoi la faute revient toujours à Poutine
    Nouvelles cyberattaques aux USA: Washington pointe du doigt la Russie
    Les USA déforment les objectifs de la Russie en Syrie
    Une fuite de données aux USA? Bien sûr que la Russie est coupable!
    50 nuances du rôle de Moscou dans le scrutin US
    Tags:
    La Faute Aux Russes, La Main du Kremlin, minorités, sécession, indépendantistes, réunion, indépendance, conférence, Kremlin, Vladimir Poutine, Californie, Texas, Moscou, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik