Ecoutez Radio Sputnik
    L’éducation des jeunes comme clé de voûte de la lutte contre l’extrémisme?

    L’éducation des jeunes comme clé de voûte de la lutte contre l’extrémisme?

    © AFP 2018 Michal Cizek
    International
    URL courte
    La lutte contre Daech (229)
    445

    Le dialogue avec l’EI et avec d’autres terroristes est impossible. L'un des principaux défis de l’humanité consiste à enseigner à la jeunesse à vivre selon les principes de la cohabitation pacifique et de l’éclectisme culturel.

    Le dialogue avec Daech et avec d'autres terroristes a ses limites et s'avère même impossible et non souhaitable, a déclaré le président tchèque Milos Zeman lors du Forum public international annuel « Dialogue des Civilisations » qui s'est tenu sur l'île grecque de Rhodes.

    « Aujourd'hui, la population de la Planète est majoritairement pacifique avec un nombre de djihadistes et de terroristes peu important. Par contre, la population allemande des années 1930 était composée de gens cultivés, c'était la nation de Goethe et de Schiller. En trois ans, les Allemands se sont transformés en nazis fanatiques… A l'heure actuelle, c'est déjà le fanatisme religieux qui affecte nos jeunes, et notre civilisation se trouve sous cette menace. Je vous préviens en Cassandre : le danger de la non-civilisation sous le nom de Daech grandit comme une avalanche », a tranché le chef d'État tchèque, se référant à la prophétesse troyenne qui avait averti les habitants de Troie du subterfuge grec.

    Pour sa part, le représentant de l'Onu Nassir Abdulaziz el-Nasser estime que l'État islamique est un « nom trop doux pour un groupement terroriste, qui a volé l'islam en l'utilisant pour ses propres objectifs terroristes ».

    « Mais ce n'est pas qu'à la force des armes qu'on peut résoudre le problème du terrorisme. Nous devons enseigner à nos jeunes comment s'affranchir de la propagande haineuse et des conflits de civilisations qui détruisent l'humanité. Nous devons enseigner à la jeunesse l'unité de notre Planète dans sa diversité culturelle et faire la promotion des objectifs pacifiques », a appelé M. el-Nasser.

    Vladimir Iakounine, le président du forum « Dialogue des civilisations » et ex-PDG de la Compagnie des chemins de fer de Russie (RZD), a déclaré que « le terrorisme n'a pas de nationalité ou de religion » et qu'il était « impossible de dialoguer avec eux ». Le dialogue, il le définit justement comme « la capacité à s'écouter les uns les autres et à ne pas tomber dans l'idéologie ».

    Le défi actuel pour le président du forum consiste à comprendre pourquoi la haine est devenue aussi attirante pour les hommes.

    Dimitrios Psarrakis, membre du Parlement européen, a été plus optimiste sur la capacité historique de l'Union européenne de trouver de solutions dans des conditions difficiles à l'aide des alliés tant à l'Ouest qu'à l'Est.

    « Avec l'optimisme, tout change en bien », a insisté le représentant de la Grèce au Parlement européen.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    La lutte contre Daech (229)

    Lire aussi:

    Le président tchèque propose d'expulser les imams radicaux de l'UE
    Daech projette de contaminer l’eau des grandes villes de l’UE et de la CEI
    Daech prépare la "prochaine génération" de djihadistes
    Tags:
    dialogue, forum, jeunesse, terrorisme, islam, Chemins de fer de Russie (RZD), ONU, Parlement européen, Etat islamique, Nassir Abdulaziz el-Nasser, Dimitrios Psarrakis, Vladimir Iakounine, Milos Zeman, Allemagne, Grèce, Russie, Rhodes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik