Ecoutez Radio Sputnik
    Kremlin

    «Il ne faut pas diaboliser la Russie»

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    International
    URL courte
    11461
    S'abonner

    Deux anciens dirigeants européens appellent à éviter la propagande antirusse.

    Le thème de la propagande antirusse a été soulevé lors du forum « Dialogue des civilisations » qui se tient du 30 septembre au 1er octobre à Rhodes (Grèce).

    L'ancien président tchèque Vaclav Klaus a appelé la communauté internationale à ne pas diaboliser la Russie. L'ex-chancelier autrichien Alfred Gusenbauer a soutenu son collègue, soulignant que la majorité des pays appliquaient une politique similaire en matière d'information.

    « S'il vous plaît, ne diabolisez pas la Russie et les Russes, ne diabolisez pas Poutine. Cela mènerait l‘Europe sur un mauvais chemin », a indiqué M. Klaus.

    « Moi aussi, je suis contre des déclarations paranoïaques de la presse, contre l'hystérie », a ajouté M. Gusenbauer.

    Des experts et des dirigeants politiques de trente pays se sont réunis à Rhodes pour discuter de la coopération entre l'Est et l'Ouest, de la crise migratoire en Europe, de la situation en Syrie et dans d'autres points chauds, des mesures visant à baisser la tension dans le monde et d'autres questions d'actualité.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Washington, le clairvoyant: Hillary Clinton et "la piste russe"
    Assange dénonce l'"hystérie antirusse" de la campagne de Clinton
    Ex-président tchèque: un "tsunami migratoire" va déferler sur l'Europe
    L’éducation des jeunes comme clé de voûte de la lutte contre l’extrémisme?
    Tags:
    propagande, Alfred Gusenbauer, Vaclav Klaus, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik