International
URL courte
Chute des prix du pétrole (2016) (171)
111510
S'abonner

L’OPEP s’est finalement décidé à réduire sa produire de pétrole, une décision prise en réponse à la situation budgétaire en Arabie saoudite.

Les limitations de la production de pétrole par 14 pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sont dues à leur effort commun d'établir le niveau d'exportation le plus bas pour la première fois depuis huit ans afin de stopper la décroissance des prix cet automne, a annoncé Marc Oswald, analyste chez ADM Investor Services, dans une interview accordée à Sputnik à l'issue de la rencontre des pays membres de l'OPEP à Alger.

« C'est une question relative aux budgets, et en particulier, au budget saoudien. Riyad a déjà transféré 150 000 milliards de dollars (133 000 mds EUR) depuis ses fonds de réserve de change à titre de subventions au budget national, en attente d'une détérioration de la situation », a expliqué l'interlocuteur de l'agence, ajoutant que le déficit budgétaire national de l'Arabie saoudite a grimpé à 15 %.

Selon lui, l'OPEP envisage de renoncer pour la première fois de son histoire à la fonte annuelle des prix en automne. Chaque été, la demande connaît une baisse traditionnelle en vue d'une hausse hivernale.

Le niveau de plafonnement de la production est également limité entre 32,5 et 33 millions de barils par jour, avec 33,327 millions de barils par jour en août dernier. Certains membres de l'OPEP se sont montrés aptes à augmenter leur production de pétrole.

« En termes de coopération, le sommet d'Alger est un succès, mais calculé en produits à exporter, c'est une toute autre affaire », a déploré l'analyste.

L'Arabie saoudite, toujours membre le plus puissant de l'OPEP, mis en place des concessions importantes sur la production maximale de pétrole en Iran, en Libye et au Nigéria, les deux derniers étant en proie à des conflits armés.

Pour Marc Oswald, l'Iran est un partenaire efficace pour l'Arabie saoudite car Téhéran est capable d'augmenter sa production pétrolière sur fond de la levée des sanctions économiques et le fait que l'extraction du pétrole ne représente actuellement qu'un tiers de son budget national est un plus.

En mai 2016, l'OPEP a atteint son niveau record d'extraction de pétrole depuis 2008, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), avec 32,76 millions de barils par jour.

En raison de la chute des prix du pétrole, l'Arabie saoudite a enregistré un déficit record estimé à 98 milliards de dollars (87,1 mds EUR) vers la fin de l'année 2015.

Le 25 avril, l'Arabie saoudite dévoilait le programme Vision 2030, un plan à long terme qui prévoit une transformation de l'économie du royaume sur les 15 prochaines années.

Les réformes seront lancées quel que soit le niveau des prix mondiaux du pétrole. Selon le plan, le royaume augmentera sa part des exportations non pétrolières dans le PIB de 16% à 50%.

En octobre 2015, le Fonds monétaire international (FMI) a prévenu que l'Arabie saoudite se heurterait à une croissance de son déficit budgétaire au cours des cinq prochaines années. Selon les analystes du FMI, le royaume ne pourrait renouer avec l'équilibre budgétaire qu'une fois que le baril de pétrole sera remonté au-dessus de la barre des 106 dollars.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Dossier:
Chute des prix du pétrole (2016) (171)

Lire aussi:

Les membres de l'OPEP s'accordent pour réduire la production de pétrole
Le monopole de l'OPEP sur les prix pétroliers, une menace mondiale?
Pétrole: l’Iran appelle l’OPEP à diminuer sa production
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Tags:
Nigeria, production petrolière, pétrole, ADM Investor Services, Fonds monétaire international (FMI), Sputnik, OPEP, Marc Oswald, Alger, Riyad, Libye, Arabie Saoudite, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook