International
URL courte
105
S'abonner

Depuis une décennie, l'Ethiopie est en proie à un mouvement de contestation anti-gouvernementale sans précédent, et de nombreux Ethiopiens sont morts ce dimanche au cours d'affrontements entre policiers et manifestants lors d’un festival religieux annuel.

De nombreux Éthiopiens ont trouvé la mort dimanche dans des affrontements entre policiers et manifestants, suivis d'un grand mouvement de panique, lors du traditionnel festival religieux. Le gouvernement fait état de "pertes en vies humaines", sans les chiffrer, mais l'opposition parle d'au moins 100 victimes.

« Les corps ont été collectés par les forces gouvernementales, mais les témoins parlent d'au moins 100 morts », a déclaré à l'AFP le président du Congrès national Oromo (opposition), Merera Gudina.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées sur les bords du lac Harsadi, sacré pour les Oromo, pour assister à la cérémonie de l'Irreecha qui marque la fin de la saison des pluies. De nombreux participants brandissaient leurs bras croisés au-dessus de la tête, un geste devenu le symbole de la contestation des Oromo face aux autorités éthiopiennes.

Certains manifestants ont lancé des pierres et des bouteilles sur les forces de sécurité, qui ont riposté d'abord à coups de bâton, puis avec des gaz lacrymogènes.

Les tirs de gaz lacrymogène ont provoqué un mouvement de panique. Au moins une cinquantaine de personnes sont tombées les unes sur les autres dans un fossé profond de plusieurs mètres à proximité, rapporte le photographe de l'agence sur place qui n'a pas pu donner plus de précisions.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Ethiopie: 208 morts après le raid d'une tribu sud-soudanaise
Ethiopie : les gens sont chassés de leurs terres
L'Ethiopie détourne le Nil Bleu pour construire un barrage
La Syrie promet d'abattre tout avion violant son espace aérien
Tags:
manifestation, mouvement de panique, gaz lacrymogènes, Congrès national Oromo (opposition), AFP, Merera Gudina, Ethiopie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook