Ecoutez Radio Sputnik
    Rodrigo Duterte

    Les Philippines menacent de rompre l’accord militaire avec les USA

    © AP Photo / Bullit Marquez
    International
    URL courte
    511281

    Le président des Philippines a menacé de rompre l’accord de coopération militaire avec Washington.

    Le président philippin Rodrigo Duterte a menacé de rompre l'accord de coopération militaire avec les États-Unis, qui permet aux forces américaines d'utiliser des bases militaires philippines, a annoncé lundi le journal The Manila Times.

    « Je voudrais rappeler aux Américains que cet accord (…) est un document officiel, mais il ne porte pas de signature de Benigno Aquino III (président philippin de juin 2010 à juin 2016, ndlr). Vous devez bien réfléchir parce que je vous demanderai de quitter les Philippines », a indiqué M. Duterte.

    La coopération militaire entre les États-Unis et les Philippines est réglementée par l'accord de coopération militaire élargie (Enhanced Defence Cooperation Agreement — EDCA) signé en 1951 et prolongé en 1999. En juillet dernier, la Cour suprême des Philippines a confirmé le caractère légitime du document.

    Toutefois, le président Duterte estime que Washington prend trop de libertés avec Manille, en raison d'un « syndrome colonial ». Les Philippines ont été une colonie américaine de 1899 à 1940.

    « Les Américains sont présents ici depuis 50 ans. Ils ont un syndrome colonial et pensent que nous sommes toujours sous leur pouvoir », a ajouté le président.

    D'après lui, les Philippines ont passé le « point de non-retour » dans leurs rapports avec les États-Unis et souhaitent désormais avoir une politique étrangère indépendante et devenir amis avec Moscou et Pékin.

    Le 26 septembre dernier, le président Duterte a déjà déclaré qu'il n'avait pas l'intention de rompre les relations avec les États-Unis, mais qu'il allait également établir des liens étroits avec la Russie et la Chine.

    En septembre, M. Duterte a insisté sur le départ des conseillers militaires américains, malgré leur assistance à l'armée philippine dans la lutte contre le groupuscule djihadiste clandestin Abu Sayyaf, allié local du groupe terroriste État islamique (Daech).

    M. Duterte a en outre provoqué un scandale à la veille du récent sommet des pays de l'Asie du Sud-Est, en qualifiant Barack Obama de « fils de pute » (« putang ina »), suite aux déclarations du président américain, qui avait exprimé sa préoccupation au sujet de la situation des droits de l'homme aux Philippines, notamment dans le contexte de lutte contre le trafic de drogue mené de main ferme par le président du pays. D'ailleurs, il a prétendu plus tard qu'il ne voulait pas insulter son homologue américain.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    Le président philippin insulte Obama et trouve le soutien de Pékin
    Le président philippin s'excuse d'avoir traité Obama de "fils de pute"
    Le président philippin insulte copieusement Obama avant une rencontre au sommet
    Mediapart affirme que de Rugy a démissionné afin d'éviter de nouvelles révélations sur ses frais de député
    Tags:
    colonialisme, coopération militaire, Rodrigo Duterte, Philippines, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik