International
URL courte
11211
S'abonner

Julian Assange, le fondateur du site WikiLeaks, qui avait planifié de faire une déclaration depuis le balcon de l’ambassade d’Équateur à Londres pour les dix ans du site, a dû l’annuler pour des raisons de sécurité.

Julian Assange, qui vit retranché dans l'ambassade d'Équateur à Londres depuis juin 2012, a annoncé la publication de nouveaux documents sur les élections US lors d'une conférence vidéo retransmise à Berlin, niant au passage tout lien entre son organisation et la Russie.

« Toutes les déclarations sur les liens qui auraient existé entre WikiLeaks et la Russie sont absurdes », a-t-il affirmé.

Mardi 4 octobre, le site WikiLeaks fête ses dix ans. L'apparition publique de son fondateur, Julian Assange, au balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres a été annulée pour des raisons de sécurité. Néanmoins, une conférence vidéo a été organisée à Berlin.

L'Australien Julian Assange a été accusé de viol et d'agressions sexuelles en Suède, en 2010. Un mandat d'arrêt européen ayant été lancé à son encontre, il a été arrêté et assigné à résidence au Royaume-Uni. Pour échapper à la procédure d'extradition, il s'est réfugié dans l'ambassade d'Équateur en 2012. Il sera arrêté immédiatement par la police britannique s'il sort de l'ambassade.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Menacé, Assange reporte ses révélations choc sur Hillary Clinton
Sale temps pour Assange, il reste inculpé de viol!
Le parquet d'Equateur fixe la date de l'interrogatoire d'Assange
Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Tags:
conférence vidéo, révélations, sécurité, WikiLeaks, Julian Assange, Equateur, Suède, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik