Ecoutez Radio Sputnik
    La rupture du dialogue sur la Syrie, «un faux semblant» US

    La rupture du dialogue sur la Syrie, «un faux semblant» US

    © REUTERS / Bassam Khabieh
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)
    581254
    S'abonner

    La réticence des États-Unis à poursuivre le dialogue avec la Russie sur la Syrie n'est qu'un faux semblant, ces premiers tentant de se cacher derrière le côté humanitaire, eux qui sont largement responsables du conflit, déclare à Sputnik Didier Tauzin, général de division de l'armée de terre française et candidat à la présidentielle en France.

    Alors que Daech se prépare à une bataille d'ampleur pour le village syrien de Dabiq, l'ambiance devient de plus en plus électrique sur l'échiquier diplomatique également. Le département d'État américain a annoncé rompre son dialogue avec Moscou sur le dossier syrien, un fait regrettable mais explicable, selon Didier Tauzin, général de division de l'armée de terre française et candidat à la présidentielle 2017 en France.

    « C'est extrêmement regrettable : d'une part, parce que les États-Unis et leurs alliés occidentaux sont, malheureusement, largement responsables », déplore M. Tauzin.

    Mais la responsabilité du chaos au Proche et au Moyen-Orient ne pèse pas sur les épaules américaines à partir d'hier ou du début du conflit syrien. Cette faute a ses racines dans les temps beaucoup plus lointains : ça traîne déjà depuis la guerre du Golfe il y a une trentaine d'années, explique-t-il.

    Mais le plus dramatique, ce ne sont pas ces péchés anciens, mais l'avenir qui s'annonce devant la Syrie et les parties intervenant sur son sol.

    « Ensuite, c'est regrettable parce que là ça peut maintenant donner lieu au dérapage de la situation jusqu'à des événements dramatiques », poursuit le général.

    C'est déjà de la triste réalité, mais ça peut encore se multiplier dans un futur proche : les civils innocents tombent victimes de la guerre, des hôpitaux sont bombardés, des villages entiers se trouvent rasés au sol… Malheureusement, dans cette guerre, il n'est pas toujours facile de faire des frappes chirurgicales, d'autant plus que l'armée syrienne n'est pas forcément équipée pour cela, pointe M. Tauzin.

    « Une guerre, c'est terrible. Le mieux, c'est de l'éviter. Et d'abord d'éviter de les provoquer », souligne-t-il.

    « Or, ces guerres sont inventées ou provoquer essentiellement par la politique occidentale depuis trente ans. Moi, je considère que cette rupture sur ce dossier est un faux semblant. Les Américains se réfugient encore une fois derrière le côté humanitaire alors qu'ils sont largement responsables de la situation », résume M. Tauzin.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)

    Lire aussi:

    Assad: le dialogue avec les combattants est possible si cela arrête le bain de sang
    Moscou: les USA ont failli à leurs engagements en Syrie
    Les États-Unis rompent leurs contacts bilatéraux avec la Russie sur la Syrie
    A 7 ans, cette Syrienne partage les horreurs de la guerre en anglais parfait. Aucun doute?
    Tags:
    rupture, relations, relations diplomatiques, Washington, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik