International
URL courte
3027
S'abonner

Selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, le groupe terroriste Front al-Nosra a profité des accords conclus par la Russie et les États-Unis afin de consolider ses forces.

Les terroristes du groupe extrémiste Front al-Nosra ont profité des accords russo-américains sur le règlement du conflit en Syrie pour se regrouper à Alep, selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

D’après elle, les accords portaient sur la livraison de l’aide humanitaire dans la région d’Alep, notamment par la route du Castello. La porte-parole a toutefois rappelé que l’accord prévoyait le retrait des troupes gouvernementales et des forces de l’opposition à une distance égale de la route, ce qui permettrait de respecter les règles claires de la livraison de l’aide humanitaire. 

Néanmoins, les États-Unis ont refusé d’influer sur l’opposition et ainsi permis aux terroristes de consolider leurs forces.

« Pendant le temps réservé à la mise en route des accords, le Front al-Nosra se regroupe, se réapprovisionne, se dote d’armes et se déplace. Ils munissent Al-Norsa de toutes les ressources possibles pour poursuivre leur combat. Et pendant tout cela, il faut penser aux civiles, à la population bloquée, aux enfants, aux écoles… »

Plut tôt, Moscou a déclaré que les États-Unis n'avaient pas respecté leur engagement qui consistait à distinguer l'opposition des terroristes en Syrie.

Le département d'État américain a annoncé lundi que les États-Unis rompaient leur dialogue avec la Russie sur la Syrie, mais allaient toutefois poursuivre leurs contacts militaires avec Moscou pour éviter les conflits aériens.

Lire aussi:

Ambassade russe attaquée en Syrie: les USA effacent les traces terroristes
Clinton pointée du doigt pour l’émergence de Daech en Irak
Londres menace la Russie d'un autre scénario en Syrie
Convoi de l’Onu attaqué à Alep: une mise en scène bien préparée?
Tags:
Front al-Nosra, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook