International
URL courte
Situation en Syrie (automne 2016) (217)
32954
S'abonner

La Russie voit un lien entre le pilonnage de l'ambassade russe à Damas et les menaces provenant des États-Unis.

« Nous voyons un lien entre cette attaque terroriste et les menaces voilées provenant de Washington la veille. Il faut noter que l'incident est arrivé dans le contexte des discussions sur la fourniture éventuelle de systèmes portatifs de défense aérienne et d'autres matériel de guerre aux militants », a déclaré Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

« Il semble que nos partenaires occidentaux oublient que le "Front al-Nosra", aujourd'hui transformé en "Front Fatah al-Sham", l'"État islamique", "Jund al-Aqsa", "Ahrar al-Sham" "Jaysh al-Islam" et d'autres groupes similaires, c'est toujours le tentaculaire "al-Qaïda", qui a perpétré de terribles attentats il y a 15 ans aux États-Unis », a-t-elle ajouté.

À cet égard, Mme Zakharova a exprimé son incompréhension que ses homologues américains oublient constamment ce fait et ne cessent de protéger le Front Fatah al-Sham.

Le représentant officiel du ministère russe des Affaires étrangères a rappelé que le 3 octobre, l'ambassade russe à Damas avait été pilonnée par les militants du Front al-Nosra. Les tirs sont partis d'une banlieue de Jobaria contrôlée par les organisations terroristes Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra) et Faylaq al-Rahman.

« Heureusement, personne n'a été blessé. Seule l'ambassade a subi des dégâts matériels », a-t-elle souligné.

Dossier:
Situation en Syrie (automne 2016) (217)

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
crise syrienne, Jound al-Aqsa, Ahrar al-Sham (Libres du Sham), Al-Qaïda, Etat islamique, Maria Zakharova, Damas, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook