International
URL courte
31230
S'abonner

Sans accuser directement le gouvernement russe, les États-Unis affirment que des hackers russes s'attaquent aux systèmes destinés à assurer le bon déroulement de l'élection présidentielle.

Les systèmes électoraux américains ont été attaqués depuis les serveurs d'une compagnie russe, mais l'implication du gouvernement russe n'a pas été prouvée, annoncent le ministère américain de l'Intérieur et la direction du renseignement national américain dans un communiqué.

« Certains États ont récemment annoncé que leurs systèmes liés aux élections avaient été scannés et étudiés depuis l'étranger. Dans la plupart des cas, cela a été fait depuis les serveurs gérés par une compagnie russe. Toutefois, pour le moment, nous ne pouvons pas affirmer que le gouvernement russe y soit impliqué », déclare le communiqué.

En été, la présidente du parti démocrate américain Debbie Wasserman Schultz a été obligée de démissionner suite à la publication par le site de Wikileaks de courriels internes de son parti. Des hackers auraient violé les systèmes d'autres organisations du parti démocrate responsables pour la tenue des élections.

Des sources au sein du FBI ont plusieurs fois informé les médias américains que les serveurs étaient attaqués par des hackers russes. Certains médias ont affirmé que la Russie voulait ainsi influencer les résultats de l'élection présidentielle. Le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a qualifié ces accusations de « dénudées de tout fondement ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Pirater comme vocation: les secrets des plus grands hackers du monde
Des hackers manipulent votre Android via Twitter
Dupond-Moretti garde des Sceaux, «une déclaration de guerre à la magistrature», selon un syndicat
Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Tags:
département américain de la Sécurité intérieure, hackers, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook