Ecoutez Radio Sputnik
    Une manifestation contre l’Accord de partenariat transpacifique (TPP)

    Un Brexit «pacifique» pour les USA?

    © AFP 2019 SAUL LOEB
    International
    URL courte
    Traité de partenariat transpacifique (TPP) (29)
    6201
    S'abonner

    Hillary Clinton et Donald Trump étant peu favorables à la ratification de l’accord de Partenariat Transpacifique, la Chine conforte sa domination en Asie.

    Les États-Unis essuieront leur propre Brexit au cas où ils renonceraient à l'accord de Partenariat Transpacifique (TPP), a prévenu l'ex-commandant suprême des forces de l'Otan en Europe, l'amiral James Stravridis.

    « L'ultime chance de réussir le coup est de le faire lors d'une dernière session sous l'administration Obama avant les élections en novembre. Compte tenu du fait que les deux candidats à la présidence américaine plaident en faveur du retrait de cet accord ou de la transformation des articles qui menacent la concurrence intérieure, cela pourrait avoir pour conséquence une version américaine du Brexit à l'égard de la région Pacifique », a poursuivi l'auteur de l'article, paru dans le magazine Foreign Policy.

    Le premier ministre du Japon Shinzo Abe
    © REUTERS / Issei Kato
    Selon lui, la région Pacifique a besoin des États-Unis avant tout sur le plan stratégique mais aussi du point de vue commercial, à l'instar du Royaume-Uni qui représentait un élément clé pour l'Union européenne.

    « La décision de quitter l'UE a été une erreur géopolitique grave. Il en irait de même pour les États-Unis s'ils venaient à renoncer au Partenariat Transpacifique, ce qui reviendrait à refuser le leadership en Asie », a déploré M. Stavridis.

    Le TPP permettrait aux États-Unis de suivre de près la Chine, premier opposant à l'accord, à l'aide des alliés que sont le Japon, la Malaisie ou le Vietnam.

    « Pékin serait le premier gagnant si Washington renonçait au TPP. Ce serait une vraie victoire pour le président chinois Xi Jinping, leader de plus en plus autoritaire et qui aspire à régner sur la région » en dominant notamment la mer de Chine méridionale, a estimé l'ancien haut-militaire.

    Selon James Stavridis, l'Asie, dominée par la Chine, ne sert pas les intérêts des États-Unis grâce du fait de sa vitalité économique.

    Le 21 septembre 2016, le premier ministre japonais Shinzo Abe a appelé à ratifier l'accord dans les plus brefs délais avant les élections US, étant donné que Hillary Clinton et Donald Trump se montrent peu favorables à la participation américaine à ce projet.

    Rédigé en octobre 2015 et signé en février 2016 par 12 pays, l'accord de Partenariat Transpacifique n'est toujours pas ratifié. La Chine ne figure même pas dans la liste des partenaires du TPP. De plus, le Japon et le États-Unis ne semblent pas pressés de signer, même si Washington est toujours son principal promoteur.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Traité de partenariat transpacifique (TPP) (29)

    Lire aussi:

    Douze pays signent l'accord sur le Partenariat trans-pacifique
    Le Partenariat transpacifique voué à l'échec sans Moscou et Pékin (Poutine)
    TPP: Washington et Tokyo prêts à réaliser l'accord
    Tags:
    administration, articles, erreurs, accord, Traité de partenariat transpacifique (TPP), Brexit, Présidentielle américaine 2016, Foreign Policy, OTAN, Union européenne (UE), James Stavridis, Donald Trump, Shinzo Abe, Hillary Clinton, Xi Jinping, Malaisie, Vietnam, Asie-Pacifique, Asie, Royaume-Uni, Chine, Japon, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik