International
URL courte
285
S'abonner

Le baril de Brent de la mer du Nord gagne désormais 2,35% (niveau à l’heure de la clôture à Paris vendredi) à 53,36 dollars après avoir inscrit un plus haut de l’année à 53,45 suite à la déclaration de Vladimir Poutine que la Russie était prête à envisager un gel, voire une réduction de sa production pétrolière en coopération avec l’OPEP.

Les yeux se sont tournés vers la Russie, premier producteur de pétrole du monde aux côtés de l'Arabie saoudite, pour voir si elle se joindrait à un effort concerté, le mois dernier, aux côtés des membres du cartel de l'OPEP, d'accepter une réduction de la production dans l'espoir de faire augmenter les prix.

M. Poutine a déclaré au Congrès mondial de l'énergie à Istanbul que ces mesures coordonnées étaient la seule façon d'équilibrer le marché après une période prolongée de baisse des prix.

« Dans la situation actuelle, nous croyons qu'un gel ou une réduction de la production de pétrole est la seule façon de préserver la stabilité du secteur de l'énergie et d'accélérer un rééquilibrage du marché », a déclaré Vladimir Poutine.

Lire aussi:

Plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
«Une catastrophe»: Michel Cymes sur la suspension des activités physiques des enfants pendant la pandémie
«Fait pour dormir»: voici pourquoi il ne faut pas manger au lit
Couvre-feu à 18h: «On a le droit de déroger, alors faisons-le», lance un maire breton
Tags:
gel, pétrole, Brent, OPEP, Vladimir Poutine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook