Ecoutez Radio Sputnik
    Apple Watch

    L’Apple Watch au poignet de La Main du Kremlin!

    © AP Photo/ Marcio José Sánchez
    International
    URL courte
    La Main du Kremlin
    2415

    Pour Theresa May, La Main Du Kremlin peut se glisser vraiment partout, y compris dans l’Apple Watch. La montre connectée du constructeur californien doit dorénavant rester au vestiaire des réunions gouvernementales anglaises, espionnite oblige.

    Décidément, ils sont trop forts, ces Russes ! Ils font feu de tout bois et tout peut leur servir d'outil d'espionnage. On apprend ainsi que l'Apple Watch n'a plus droit de cité dans les conseils des ministres du Royaume-Uni.

    Le Premier ministre britannique, Theresa May, craint en effet que La Main du Kremlin ne se glisse dans la célèbre toquante à la pomme pour espionner ses réunions gouvernementales.

    Exit donc les montres connectées au poignet des plus branchés des ministres anglais. Elles resteront au vestiaire avec les téléphones de ces éminents personnages. Si l'on peut comprendre que les portables puissent être piratés et transmettre à des malandrins le son, voire l'image de ce qui les entoure à l'insu de leurs propriétaires, on s'explique mal comment l'Apple Watch dépourvue de micro ou de caméra, pourrait tout de même servir à espionner le conseil des ministres britannique.

    Certes, comme tout appareil informatique, elle est susceptible d'être piratée; une vingtaine de failles de sécurité dans son système d'exploitation ont d'ailleurs déjà été comblées par la firme de Cupertino. Peut-être la montre d'Apple pourrait-elle alors servir pour récupérer des informations dans le téléphone de son propriétaire, appareil dont elle dépend étroitement pour son fonctionnement.

    Theresa May semble dans cette affaire prêter une oreille très complaisante aux accusations de Washington à l'égard de la Russie. Selon le département de la Sécurité intérieure (DHS) et la direction du renseignement américain (ODNI), La Main Du Kremlin aurait piraté des organisations politiques et des systèmes électoraux aux États-Unis, accusations sobrement qualifiées de « foutaises  » par Moscou.

    Certes, comme tout pays, la Russie a son lot d'agents de renseignement et ne se prive pas de tenter de percer les petits secrets des autres puissances. Pourtant, comme souvent, les soupçons qui pèsent contre elle dans cette affaire ne semblent guère étayés.
    En revanche, que l'espionnage massif et généralisé par la NSA et la CIA de tous les alliés des États-Unis soient des faits avérés et documentés ne fait pas ciller Theresa May. Que des documents révélés par Edward Snowden en 2013 montrent que la NSA a versé 100 millions de Livres à son homologue britannique et ait de ce fait placé l'agence de surveillance électronique britannique sous sa coupe la laisse de marbre.

    Non, ce qui lui fait peur, c'est que La Main Du Kremlin vienne tripatouiller les Apple Watch de ses collaborateurs ou ministres.

    Pour changer l'heure et leur faire rater le Five O'clock tea ?

    Lire aussi:

    Méfiez-vous! Les hackers russes peuvent aussi pirater les montres Breguet
    La peur du hacker russe prive les ministres britanniques de montres Apple
    Apple brevette la censure des gros mots dans les chansons
    Le 1er janvier 1970 transformera ton iPhone en brique
    Tags:
    La Faute Aux Russes, La Main du Kremlin, montres, espionnage, Apple Watch, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik