Ecoutez Radio Sputnik
    Hillary Clinton

    Hillary Clinton admet que le Qatar et l'Arabie saoudite soutiennent Daech dans ses emails

    © AFP 2019 CHRIS KLEPONIS
    International
    URL courte
    108997
    S'abonner

    Un message du dernier lot d'emails entre Hillary Clinton et le directeur de sa campagne présidentielle John Podesta montre que la candidate démocrate savait que les gouvernements de l'Arabie saoudite et du Qatar apportaient un soutien financier et logistique aux terroristes de Daech au Moyen-Orient.

    L'échange de courriels commence alors que Hillary Clinton décrit un plan en huit points pour faire face à Daech, qui comprend l'enrôlement des forces Peshmerga dans la lutte contre le terrorisme, un soutien militaire important des États-Unis et de ses alliés, et plus encore.

    Elle poursuit en disant que les USA devraient être prêts à armer l'Agence fédérale de sécurité contre le gouvernement syrien ainsi qu'à mettre la pression sur l'Arabie saoudite et le Qatar.

    « Alors que cette opération militaire ou para-militaire est en train de se dérouler, nous avons besoin d'utiliser nos atouts diplomatiques pour mettre la pression sur les gouvernements du Qatar et de l'Arabie saoudite qui fournissent un soutien financier et logistique à Daech et à d'autres groupes radicaux dans la région. »

    Et alors que ces allégations ne sont pas nouvelles — Hillary Clinton a en fait vraiment accusé l'Arabie Saoudite et le Koweït d'avoir supporté le terrorisme dans la région plus tôt cette année —, il y a une petite différence. La lettre à Podesta a été écrite en août 2014, juste après que la coalition US a commencé à lutter contre Daech en Syrie, coalition dont le Qatar et l'Arabie saoudite font partie.

    De plus, la Fondation Clinton — une organisation à but non lucratif fondée par le mari de Hillary, l'ex-président US Bill Clinton — a accepté des dons importants de la part de l'Arabie saoudite et du Qatar.

    Tags:
    Hillary Clinton
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik