International
URL courte
12553
S'abonner

Un navire de guerre américain a été mercredi la cible de missiles le long des côtes yéménites, et ce pour la deuxième fois en quatre jours.

Non loin des côtes yéménites, un bâtiment de guerre américain a été visé par des missiles tirés depuis le territoire contrôlé par les rebelles houthis, signale un représentant de l'administration américaine, cité par Reuters.

Deux missiles sont tombés à proximité du destroyer USS Mason et de l'USS Ponce, un navire amphibie de transportation, qui escortait ce premier.

L'USS Mason, en service dans la partie nord du détroit de Bab-el-Mandeb, a réalisé plusieurs salves en réponse.

C'est le deuxième incident en l'espace de quatre jours dans ce secteur. Le 9 octobre, l'USS Mason avait déjà été attaqué près des côtes du Yémen. Les deux missiles avaient touché l'eau avant d'atteindre le navire, donc celui-ci n'avait subi aucun dégât, et personne n'avait été blessé.

Depuis 2014, le Yémen est en proie à un conflit armé opposant les rebelles houthis et les militaires loyaux à l'ancien président Ali Abdallah Saleh aux forces gouvernementales et aux milices populaires soutenant le président en exercice Abd Rabbo Mansour Hadi. Les rebelles contrôlent les territoires dans le nord du pays et la capitale Sanaa où ils ont créé leurs organes de pouvoir.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Yémen: les Houthis détruisent un navire de guerre émirati (vidéo)
Le destroyer américain du futur fait le coup de la panne
Le super-destroyer furtif américain à 4 mds USD prend l’eau
Des navires des Gardiens de la révolution islamique frôlent un destroyer US (vidéo)
Tags:
missiles, cibles, destroyer, Houthis, tirs, Yémen, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook