Ecoutez Radio Sputnik
    Des soldats de renseignement russes

    Comment le renseignement russe fonctionne en Syrie

    © Sputnik . Georgiy Zimarev
    International
    URL courte
    26857

    Les militaires russes ont créé en Syrie un système de renseignement multi-niveau qui permet de localiser des cibles pour des frappes aériennes sur les terroristes, selon l'état-major russe.

    Su-25SM
    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    En utilisant des avions, des drones, un renseignement électronique et humain, l'armée russe acquiert ainsi la certitude qu'il n'y a pas de menace pour les civils. Ensuite seulement, on donne l'ordre de frapper un objectif particulier, a déclaré jeudi le chef du Commandement opérationnel principal de l'état-major russe, le général Sergueï Roudskoï.

    Celui-ci a noté qu'à cette fin, les forces armées russes utilisent, en particulier, le système de renseignement, de contrôle et de communication Strelets.

    « L'utilisation des bombardiers Su-24M et des systèmes Strelets permet d'assurer l'efficacité des frappes à 100 % », a-t-il souligné.

    Rappelons que la Russie mène depuis le 30 septembre 2015 une opération militaire contre les terroristes en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le chef de Daech empoisonné avec trois de ses lieutenants
    Le rôle de la CIA dans le plan B de Washington pour la Syrie
    Washington étend plus que jamais ses activités d'espionnage contre Moscou
    Le directeur de la CIA impressionné par les capacités informatiques de la Russie
    Tags:
    renseignement, Sergueï Roudskoï, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik